www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 5

5

LES TRAITS FONDAMENTAUX DE LA DÉVOTION LÉGIONNAIRE

Les traits fondamentaux de la Légion de Marie se reflètent dans ses prières. Elle est tout d'abord fondée sur une foi inébranlable en Dieu et sur l'amour qu'il porte à ses enfants. Il veut tirer de nos efforts une grande gloire; pour cela, il les purifie et les rend féconds et persévérants. En agissant tantôt avec une surexcitation fébrile, tantôt avec nonchalance, nous montrons que nous le supposons indifférent à notre travail. Prenons plutôt conscience que tout bon dessein qui germe en nous est inspiré par lui et ne fructifie que s'il nous soutient constamment. Le réussite de l'entreprise en cours est beaucoup plus la sienne que la nôtre. Telle conversion que nous cherchons, il la désire infiniment plus que nous. Voulons-nous devenir des saints? C'est ce qu'il désire encore plus ardemment que nous.

Cette certitude du concours tout-puissant de Dieu leur bon Père, dans le double travail de leur sanctification personnelle et de leur service aux autres, doit être le soutien fondamental des légionnaires. Seul leur manque de confiance peut faire obstacle au succès. S'ils ont assez de foi, Dieu ne cessera de faire d'eux ses instruments pour la conquête du monde.

" Tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et telle est la victoire qui a triomphé du monde, notre foi." (1 Jn 5:4)

" Croire veut dire 'se livrer' à la vérité même de la parole du Dieu vivant, en sachant et en reconnaissant humblement 'combien sont insondables ses décrets et incompréhensibles ses voies'. (Rm ll:33) Marie qui, par la volonté éternelle du Très-Haut, s'est trouvée, peut-on dire, au centre même de ces " voies incompréhensibles" et de ces " décrets insondables" de Dieu, s'y conforme dans l'obscurité de la foi, acceptant pleinement, le coeur ouvert, tout ce qui est prévu dans le plan divin." (R Mat 14)

1. DIEU ET MARIE

Après Dieu, c'est sur Marie, " prodige ineffable du Très-Haut" (Pape Pie IX), qu'est fondée la Légion. Mais quelle est la place de Marie elle-même relativement à Dieu? C'est qu'il l'a tirée du néant, comme il l'a fait pour tous les autres enfants de la terre; et bien qu'il l'ait élevée depuis lors à un sommet de grâce immense et inconcevable, elle reste cependant un néant en comparaison de son Créateur. En vérité, elle est plus que toute autre, sa créature, parce qu'il a plus agi en elle qu'en toute autre de ses créatures. Plus sont grandes les choses qu'il opère en elle, plus elle devient l'oeuvre de ses mains.

Il a vraiment accompli de grandes choses en elle. De toute éternité, l'idée de Marie était présente dans son esprit, liée à celle du Rédempteur. Il l'a associée aux secrets desseins de sa grâce, faisant d'elle la vraie Mère de son Fils et de ceux qui seraient unis à ce Fils. Il a fait toutes ces choses d'abord pour recevoir de Marie elle-même une gloire plus grande que ne pourraient lui procurer toutes les autres pures créatures réunies. En second lieu, il avait l'intention, d'une manière que notre esprit ne peut adéquatement saisir, de rehausser la gloire qu'il pourrait recevoir aussi de nous-mêmes. Ainsi, la prière et le service aimants avec lesquels nous témoignons notre gratitude à Marie, notre Mère et notre aide dans notre salut, ne peuvent représenter une perte pour Celui qui l'a faite ainsi. Ce que nous donnons à Marie va néanmoins à Dieu lui-même, sûrement et entièrement. Il s'agit ici de plus qu'une transmission intégrale; c'est une question d'augmentation. Marie est plus qu'une fidèle messagère. Elle a été constituée par Dieu comme un élément vital de son plan de miséricorde, de telle sorte que son intervention augmente à la foi la gloire de Dieu et notre propre grâce.

Comme il est du bon plaisir du Père Éternel de recevoir par Marie les hommages que nous lui adressons, il l'a de même choisie comme la voie par laquelle passeront aux hommes les diverses effusions de sa bonté et de sa toute-puissance, à commencer par leur source même, la seconde Personne divine faite homme, notre vraie vie, notre unique salut.

" Si je veux me rendre dépendant de la Mère, c'est pour devenir l'esclave du Fils. Si j'aspire à devenir son bien, c'est pour rendre plus sûrement à Dieu l'hommage de ma soumission." (Saint Ildefonse)

2. MARIE, MÉDIATRICE DE TOUTES LES GRÂCES

La Légion a une confiance sans borne en Marie, sachant que Dieu lui-même veut que son pouvoir soit illimité. Tout ce que Dieu pouvait lui donner, il le lui a donné. Tout ce que Marie était capable de recevoir, elle l'a reçu en plénitude. Dieu a fait d'elle une voie spéciale de grâce pour nous. En agissant en union avec elle, nous nous approchons plus réellement de lui, et par le fait même nous acquérons plus librement la grâce. Vraiment nous nous plaçons dans le flux même de la grâce, car Marie, épouse du Saint-Esprit est le canal de chacune des grâces que Jésus Christ a méritées. Tout ce que nous recevons, nous le devons à une intervention manifeste de sa part. Elle ne se contente pas de tout nous transmettre; elle nous obtient tout. Pénétrée d'une foi vive en cette médiation de Marie, la Légion enjoint à tous ses membres d'avoir une dévotion spéciale envers elle.

" Jugez donc de l'ardent amour par lequel Dieu veut que nous honorions Marie, en voyant qu'il a mis en elle la plénitude de tout bien; de telle sorte, que tout ce que nous avons d'espérance, de grâce et de salut - je le dis et n'en doutons pas - nous parvient par son entremise." (Saint Bernard: Sermo de Aquaeductu)

3. MARIE IMMACULÉE

Un second aspect de la dévotion de la Légion est envers l'Immaculée Conception. Dès la première réunion, les membres ont prié et réfléchi autour d'un petit autel de Marie Immaculée, en tout semblable à ceux qui forment encore le centre de toutes les réunions de la Légion. De plus, on peut affirmer que le premier souffle de la Légion fut une prière en l'honneur de ce privilège qui prépara Notre-Dame à toutes les dignités et tous les privilèges qui lui furent accordés par la suite.

Dieu faisait déjà allusion à l'Immaculée Conception dans la même phrase où, Marie nous fut promise pour la première fois. Ce privilège fait partie intégrante de Marie: elle est l'Immaculée Conception; et avec ce privilège, les conséquences célestes en furent prophétisées: la Maternité divine, l'écrasement de la tête du serpent par la Rédemption, et la Maternité spirituelle de Marie à l'égard des hommes.

" Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête et tu l'atteindras au talon." (Gn 3:15)

C'est dans ces paroles adressées par Dieu Tout Puissant à Satan que la Légion se tourne comme à la source de sa confiance et de sa force dans sa lutte contre le péché. Elle aspire de toute son âme à devenir en plénitude la semence, les enfants de Marie, car en elle réside le gage de la victoire. Plus Marie deviendra sa mère, plus l'inimitié de la Légion envers les puissances du mal s'intensifiera et plus la victoire sera complète.

" Les saintes Lettres de l'Ancien et du Nouveau Testament, ainsi que la vénérable Tradition, montrent, avec une clarté grandissante, le rôle de la Mère du Sauveur dans l'économie du salut et nous la mettent pour ainsi dire, sous les yeux. Les livres de l'Ancien Testament décrivent l'histoire du salut, où lentement se prépara la venue du Christ dans le monde. Ces documents des premiers âges, selon, l'intelligence qu'en a l'Église à la lumière de la révélation parfaite qui devait suivre, mettent peu à peu en une lumière toujours plus claire la figure d'une femme: la Mère du Rédempteur. C'est elle qu'on devine déjà prophétiquement présentée sous cette lumière dans la promesse, qui est faite à nos premiers parents tombés dans le péché, de la victoire sur le serpent. (cf Gn 3:15)" (LG 55)

4. MARIE, NOTRE MÈRE

Si nous prétendons à l'héritage des enfants, nous devons en conséquence avoir de l'estime pour la maternité qui nous y donne droit. Un troisième aspect de la dévotion de la Légion envers Marie consiste à l'honorer d'une manière spéciale comme notre véritable Mère, ce qu'elle est effectivement.

Marie devint Mère de Jésus Christ et notre mère, lorsqu'elle exprima son humble consentement à la salutation de l'ange: " Je suis la servante du Seigneur; qu'il m'advienne selon ta parole." (Lc 1:38) Cette maternité de Marie fut proclamée au moment où elle atteignit toute son ampleur, c'est-à-dire quand la Rédemption fut accomplie. Au milieu des douleurs du Calvaire, Jésus lui dit du haut de la croix: " Femme, voilà ton fils" et à saint Jean, " Voilà ta Mère" . (Jn 19:26-27) En la personne de saint Jean, ces paroles furent adressées à tous les élus. En coopérant pleinement à cette naissance spirituelle de l'humanité par ses douleurs et son consentement. Marie devint notre Mère dans toute la force du terme.

Puisque nous sommes vraiment ses enfants, nous devons nous comporter comme tels, voire même comme de très petits enfants sous son entière dépendance. Nous devons compter sur elle, pour nous nourrir, nous guider, nous instruire, nous guérir de nos maux, nous consoler dans nos chagrins, nous conseiller dans nos doutes, nous rappeler au devoir dans nos égarements, de sorte que complètement abandonnés à ses soins, nous puissions croître en la ressemblance de notre frère ainé Jésus, et partager sa mission qui est de combattre le péché et de le vaincre.

" Marie est Mère de l'Église, non seulement parce qu'elle est Mère du Christ et son associée très intime dans 'la nouvelle économie lorsque le Fils de Dieu prend d'elle la nature humaine, pour délivrer les hommes du péché' par les mystères de sa chair, mais encore parce qu'elle resplendit pour toute la communauté des élus comme le modèle de toutes les vertus'. De même en effet qu'aucune mère humaine ne peut limiter son rôle à donner le jour à son enfant, mais qu'elle doit encore le nourrir et l'élever, ainsi en va-t-il assurément de la bienheureuse Vierge Marie. Après avoir participé au sacrifice rédempteur du Fils, et cela d'une façon si intime qu'elle mérite d'être proclamée par lui la Mère, non seulement du disciple, mais - qu'il soit permis de dire - du genre humain, dont ce disciple tenait en quelque sorte la place, elle continue maintenant, au ciel, son rôle de Mère, en coopérant à la naissance et à la croissance de la vie divine en chaque homme racheté. Cette très constante vérité, par la libre volonté de Dieu souverainement sage, fait partie intégrante du mystère du salut des hommes; c'est pourquoi elle doit être objet de foi pour tous les chrétiens." (SM)

5. LA DÉVOTION DE LA LÉGION DE MARIE, FONDEMENT DE SON APOSTOLAT

L'un des devoirs les plus chers de la Légion, c'est de manifester son ardente dévotion envers la Mère de Dieu. Elle ne peut le faire qu'à travers ses membres: il est donc demandé à chacun de ceux-ci de s'y associer en la développant par une méditation sérieuse et une pratique zélée.

Si la dévotion doit être véritablement un tribut légionnaire, elle doit être une part essentielle de la Légion, et tous doivent la considérer ainsi, autant comme une obligation pour faire partie de la Légion que pour l'assiduité à la réunion hebdomadaire ou au travail apostolique: tous doivent y participer dans une parfaite unité. C'est là un point de vue dont les membres ne sauraient être trop profondément pénétrés.

Mais cette unité est chose très délicate; car chaque membre en est responsable dans une certaine mesure, mais il peut aussi malheureusement la compromettre. Il incombe donc à chacun de veiller sérieusement à garder l'unité. S'il y a défaut sur ce point, les légionnaires ne sont pas " des pierres vivantes d'un édifice spirituel" (1 P 2:5), une partie vitale de la structure légionnaire est défectueuse. Dans la mesure où les pierres vivantes sont ainsi en faute, l'organisation même de la Légion tendra de plus en plus à présenter l'aspect d'une ruine, incapable d'abriter ses enfants, et par suite de ne les retenir qu'avec difficulté. Encore moins pourra-t-elle être le foyer des nobles et saintes qualités, le point de départ des efforts héroïques.

Par contre, si tous s'acquittent adéquatement de ce point du service légionnaire, la Légion se distinguera par une merveilleuse unité d'esprit, de but et d'action. Cette unité est si précieuse aux yeux de Dieu qu'il l'a investie d'une puissance irrésistible, de telle sorte que si une vraie dévotion à Marie est pour chaque individu un canal spécial de grâce, que ne sera-t-elle pas pour un groupement qui persévère dans la prière, d'un même coeur avec elle (Ac 1:14) qui a tout reçu de Dieu, participant dans son esprit; entrant pleinement dans le dessein de Dieu, en ce qui concerne la distribution de la grâce! Un tel groupement ne sera-t-il pas rempli du Saint-Esprit? (Ac 2:4) " Que de prodiges et de signes" (Ac 2:43) ne sera-t-il pas capable d'accomplir?

" La Vierge au Cénacle, priant au milieu des Apôtres et remplie d'une intense ferveur, appelle sur l'Église ce trésor qui abondera en elle pour toujours: la plénitude du Paraclet, don suprême du Christ." (JSE)

6. SI SEULEMENT MARIE ÉTAIT CONNUE!

Au prêtre qui lutte presque désespérément dans une mer de négligence religieuse, on recommande, comme préliminaire à sa considération d'une valeur possible pour lui de la Légion, les mots suivants du Père Faber, tirés de sa préface à " La Vraie Dévotion à Marie" de saint Louis-Marie de Montfort, (source abondance d'inspiration pour la Légion). L'argument du Père Faber est que Marie est très loin d'être assez connue ou aimée, au grand détriment des âmes: " La dévotion envers elle est faible, maigre et pauvre. Elle n'a aucune foi en elle-même. C'est pourquoi Jésus n'est pas aimé, les hérétiques ne sont pas convertis, l'Église n'est pas exaltée; des âmes, qui pourraient être saintes, dépérissent et dégénèrent, les sacrements ne sont pas fréquentés comme il se doit ou les âmes ne sont pas évangélisées avec zèle. Jésus est peu connu, parce que Marie est laissée dans l'ombre. Des milliers d'âmes périssent parce qu'on les tient éloignées de Marie. Cette ombre indigne et misérable, que nous appelons notre dévotion à la bienheureuse Vierge, est la cause de toutes ces lacunes et de tous ces obscurcissements, ces maux, omissions et relâchements. Cependant, si nous devons en croire certaines révélations de saints, Dieu demande avec instance une dévotion plus grande, plus large, plus solide envers sa bienheureuse Mère, une dévotion tout autre...Qu'un homme veuille seulement essayer cette dévotion pour lui-même, et sa surprise à la vue des grâces qu'elle apporte avec elle, et des transformations qu'elle opère en son âme, le convaincront bientôt de son efficacité, presque incroyable autrement, pour le salut des hommes et la venue du royaume du Christ."

" À la Vierge puissante, il est donné d'écraser la tête du serpent; aux âmes unies à elle, il est donné de vaincre le péché. En cela nous devons croire d'une foi inébranlable, avec une ferme espérance.

Dieu veut tout nous donner. Tout dépend maintenant de nous, et de vous par qui tout est reçu et gardé soigneusement, par qui tout est transmis, ô Mère de Dieu! Tout dépend de l'union des hommes avec celle qui reçoit tout de Dieu." (Gratry)

7. DONNER MARIE AU MONDE

Puisque la dévotion à Marie opère de telles merveilles, notre plus grand dessein doit donc être de porter notre attention sur cet instrument, capable d'apporter Marie au monde. Comment y arriver plus efficacement que par une organisation apostolique; laïque - donc illimitée quant au nombre; active - par conséquent capable de pénétrer partout; aimant Marie de toutes ses forces et s'engageant à lui attirer tous les coeurs; utilisant tous les moyens d'action pour atteindre ce but?

Voilà pourquoi la Légion porte son nom avec une inexprimable fierté, fondée, en tant qu'organisation, sur la confiance illimitée d'un enfant envers sa Mère, laquelle à son tour fortifie cette confiance en l'enracinant profondément au coeur de chacun de ses membres: elle les possède alors comme des éléments travaillant ensemble en parfaite harmonie, avec loyauté et discipline. La Légion a donc raison de penser, sans présomption, mais plutôt avec un juste degré de confiance, que son système forme, pour ainsi dire, un mécanisme pouvant embraser et conquérir le monde entier, pourvu qu'il agisse sous les ordres de l'autorité légitime. Marie daignera s'en servir pour accomplir son oeuvre maternelle dans les âmes et poursuivre sa mission de toujours, celle d'écraser la tête du serpent.

" Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là m'est un frère et une soeur et une mère" . (Mc 3:35) " Quelle merveille! quel honneur! À quelle hauteur de gloire de Jésus ne nous élève-t-il pas! Les femmes proclament bienheureuse celle qui l'a introduit dans le monde; mais qu'est-ce qui les empêche de participer à cette maternité? Car ici l'Évangile parle d'un nouveau mode de génération, d'une nouvelle parenté" (Saint Jean Chrysostome).

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP05.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu