www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 10

10

L'APOSTOLAT DE LA LÉGION

1. Sa grandeur

Pour décrire la grandeur de l'apostolat auquel la Légion appelle ses membres, et son importance pour l'Église, on ne peut trouver de mots plus énergiques que les déclarations suivantes qui font autorité.

" Les laïcs tiennent de leur union même avec le Christ Chef le devoir et le droit d'être apôtres. Insérés qu'ils sont par le baptême dans le Corps mystique du Christ, fortifiés grâce à la confirmation par la puissance du Saint-Esprit, c'est le Seigneur lui-même qui les députe à l'apostolat. S'ils sont consacrés sacerdoce royal et nation sainte (cf 1 P 2;4-10), c'est pour faire de toutes leurs actions des offrandes spirituelles, et pour rendre témoignage au Christ sur toute la terre. Les Sacrements et surtout la sainte Eucharistie leur communiquent et nourrissent en eux cette charité qui est comme l'âme de tout apostolat." (AA 3)

Le pape Pie XII affirmait un jour: " Les fidèles, et plus précisément les laïcs, se trouvent sur la ligne la plus avancée de la vie de l'Église; pour eux, l'Église est le principe vital de la société humaine. C'est pourquoi, eux surtout, doivent avoir une conscience toujours plus claire, non seulement d'appartenir à l'Église, mais d'être l'Église, c'est-à-dire la communauté des fidèles sur la terre, sous la conduite du Chef commun, le Pape, et des Évêques en communion avec lui. Ils sont l'Église." (CL 9)

" Marie exerce du milieu du genre humain une influence morale que nous ne pouvons mieux déterminer qu'en la comparant à ces forces physiques d'attraction, d'affinité et de cohésion qui dans la nature, unissent entre eux les corps et les parties de chaque corps ... Nous croyons l'avoir démontré, Marie prend part à tous les grands mouvements qui constituent la vie des sociétés et leur vraie civilisation." (Petitalot)

2. Un apostolat laïc essentiel

On doit oser affirmer que la santé d'une communauté catholique dépend de la présence d'une classe importante d'apôtres - appartenant au laïcat, tout en partageant les vues apostoliques du prêtre, et établissant entre lui et les gens des points de contact, de même qu'un contrôle discret. La sécurité dépend de la parfaite union du prêtre et des fidèles.

Mais l'idée essentielle de l'apostolat réside dans un intérêt intense pour la bonne santé et les oeuvres de l'Église; un tel intérêt peut difficilement exister sans un sentiment de participation. Ainsi l'organisation apostolique est-elle un moule qui forme les apôtres.

Là où ces qualités de l'apostolat ne sont pas cultivées assidûment, il est certain que la génération suivante aura un sérieux problème à affronter dans le manque de tout intérêt pour l'Église, et de tout sens de responsabilité. Que peut-il sortir de bon de ce christianisme infantile? Où donc est sa sécurité, sinon dans un calme complet? L'histoire nous enseigne qu'un tel troupeau sans énergie est prêt à fuir à la débandade, piétinant même dans sa fuite, jusqu'à les détruire, ses propres pasteurs, ou bien ils sont dévorés par la première bande de loups qui entre en scène. Le cardinal Newman affirme comme principe que " de tout temps, les laïcs ont été la mesure de l'esprit catholique" .

" La grande tâche de la Légion de Marie, c'est de développer le sens de la vocation des laïcs. Nous risquons, nous laïcs, d'identifier l'Église avec les prêtres et les religieux, auxquels Dieu a certainement donné ce que nous appelons d'une manière trop exclusive, la vocation. Nous sommes inconsciemment tentés de nous regarder comme une foule anonyme de gens qui ont la chance de faire leur salut en accomplissant le minimum prescrit. Nous oublions que Notre-Seigneur appelle ses brebis chacune par son nom (Jn 10:3) et que, suivant l'expression de saint Paul qui, comme nous, n'était pas présent au Calvaire, " le Fils de Dieu m'a aimé et s'est livré pour moi" . (Ga 2:20) Qu'il soit un simple charpentier de village, comme Jésus, ou bien une humble ménagère, comme Notre-Dame, chacun de nous a une vocation, est appelé personnellement par Dieu pour lui donner son amour et se mettre à son service pour faire un travail déterminé, que d'autres pourraient sans doute accomplir mieux, que nul pourtant ne saurait faire à sa place. Nul autre que moi ne peut donner mon coeur à Dieu, ni faire mon travail. C'est précisément ce sens personnel de la religion que la Légion développe. Un membre n'accepte plus de rester passif ou négligent; il a quelque chose à être, quelque chose à faire pour Dieu. La religion n'est plus un élément quelconque de la vie; elle en devient l'âme, si banale que soit humainement cette vie. Et cette conviction d'une vocation personnelle engendre inévitablement l'esprit apostolique, le désir de s'appliquer à l'oeuvre du Christ, d'être un autre Christ, de le servir dans le plus petit de ses frères. La Légion est sous ce rapport l'équivalent laïque d'un ordre religieux, l'idéal de la perfection chrétienne transposée dans la vie du laïcat, le royaume du Christ pénétrant dans le monde séculier d'aujourd'hui."

(Mgr Afred O'Rahilly)

3. La Légion et l'apostolat des Laïcs

Comme bien d'autres grands principes, l'apostolat est en soi quelque chose de froid et d'abstrait. De là un danger très réel qu'il ne puisse exercer d'attrait, et qu'ainsi le laïcat ne réponde pas à la haute destinée auquel tend cet apostolat et ce qui est pire, qu'il se juge incapable d'y répondre. La conséquence désastreuse serait que le laïcat abandonne l'effort qu'il doit fournir pour jouer son rôle propre et indispensable dans la bataille de l'Église.

Voici ce que pense de la Légion une personne bien qualifiée pour juger, le cardinal Riberi, autrefois délégué apostolique des missions africaines et plus tard internonce en Chine: " La Légion de Marie, c'est l'apostolat présenté d'une façon, si attrayante, si palpitante de vie, qu'elle attire à elle; entreprise, telle que Pie XI l'a demandée, totalement dépendante de la Vierge Mère de Dieu; entreprise qui réclame la qualité comme premier mobile de toute adhésion, comme la condition requise pour qu'une organisation croisse et se multiplie; entreprise fortifiée et protégée à la fois par la prière et le don de soi, par une organisation précise et par une étroite coopération avec le prêtre. La Légion de Marie est un miracle des temps modernes."

La Légion donne au prêtre le respect et l'obéissance dus aux supérieurs légitimes, et même plus. Son apostolat est fondé sur le fait que les sources principales de la grâce sont la messe et les sacrements, dont le prêtre est le ministre essentiel. Tous les efforts et les procédés de cet apostolat doivent avoir en vue ce grand objectif: apporter à la multitude, malade et affamée, l'alimentation divinement désignée. Il s'ensuit qu'un premier principe de l'action légionnaire doit être d'amener le prêtre au peuple, non pas toujours en personne - car cela n'est peut-être pas possible - mais partout, en faisant comprendre son rôle et en favorisant son influence.

C'est là l'idée essentielle de l'apostolat de la Légion. Elle sera laïque dans la majorité de ses membres, mais travaillant en union inséparable avec les prêtres, sous leur direction avec des intérêts absolument identiques. Elle cherchera avec ardeur à seconder leurs efforts, à leur faire une plus grande place dans la vie des hommes, de telle sorte que ces derniers, en les recevant, recevront celui qui les a envoyés.

" En vérité, en vérité, je vous le dis, qui accueille celui que j'aurai envoyé, m'accueille; et qui m'accueille, accueille celui qui m'a envoyé." (Jn 13:20)

4. Le prêtre et la Légion

Le prêtre assisté d'un groupe dévoué partageant ses labeurs, suit l'exemple de Notre-Seigneur, qui se prépare à la conversion du monde en s'entourant d'un groupe d'hommes, qu'il choisit, qu'il instruisit et qu'il remplit de son esprit.

Les apôtres ont appris cette divine leçon et l'ont mise en pratique en faisant appel à tous, pour les aider dans la conquête des âmes. Comme l'a dit d'une manière si belle le cardinal Pizzardo: il se peut très bien que les étrangers venus de Rome (Ac 2:10), qui entendirent la prédication des apôtres au jour de la Pentecôte, furent les premiers à annoncer Jésus Christ à Rome, jetant ainsi la semence de l'Église-Mère, que saint Pierre et saint Paul devaient bientôt établir officiellement. " Qu'auraient donc fait les douze, perdus dans l'immensité du monde, s'ils n'avaient pas réuni autour d'eux des hommes et des femmes de tous âges, leur disant: 'Nous portons avec nous le trésor du ciel. Aidez-nous à le répandre de tous côtés'." (Pape Pie XI)

Les paroles d'un pape ont été citées. Ajoutons-y celles d'un autre pape, pour démontrer finalement que l'exemple du Seigneur et de ses apôtres, relativement à la conversion du monde, se veut un modèle pour chaque prêtre dans son petit monde, que ce soit une paroisse, un district ou une oeuvre spécialisée:-

" Se trouvant un jour parmi un groupe de cardinaux, le Pape (Saint Pie X) leur demanda: 'Qu'y a-t-il de plus nécessaire aujourd'hui pour le salut de la société?' 'Bâtir des écoles catholiques', dit l'un. 'Non.' 'Multiplier les églises.' répliqua un autre. 'Encore non.' 'Activer le recrutement sacerdotal', dit un troisième. 'Non, non,' répliqua le pape. 'Ce qui est le plus nécessaire aujourd'hui, c'est d'avoir dans chaque paroisse un groupe de laïcs à la fois vertueux, éclairés, résolus et vraiment apôtres.' Ce saint pape, à la fin de sa vie, comptait pour le salut du monde sur le zèle du clergé à former des catholiques voués à l'apostolat, par la parole et l'action, mais par-dessus tout par l'exemple. Dans les diocèses où, avant d'être pape, il avait exercé son ministère, il avait attaché moins d'importance au recensement des paroissiens qu'à la liste des catholiques capables de rayonner par l'apostolat. Il pensait qu'en tout milieu il était possible de former des sujets de choix. Aussi, classait-il ses prêtres selon les résultats que leur zèle et leurs capacités avaient obtenus sur ce point." (Chautard: L'Âme de tout apostolat. 4,1.f.)

" La fonction du pasteur ne se limite pas au soutien individuel des chrétiens; elle a encore pour tâche propre la formation d'une authentique communauté chrétienne. Or,l'esprit communautaire ne se développe vraiment que s'il dépasse l'Église locale pour embrasser l'Église universelle. La communauté locale ne doit pas seulement s'occuper de ses propres fidèles; elle doit avoir l'esprit missionnaire et frayer la route à tous les hommes vers le Christ. Elle est tout spécialement attentive aux catéchumènes et aux nouveaux baptisés, qu'elle doit éduquer peu à peu dans la découverte et la pratique de la vie chrétienne." (PO 6)

" Il parut nécessaire à l'Homme-Dieu de laisser son Corps mystique dans le monde, car autrement le Calvaire eût constitué le point final de son oeuvre. Certes, sa mort aurait mérité le salut du genre humain: mais, privés de l'assistance de l'Église dont la mission est de transmettre la vie découlant de la croix, combien d'hommes auraient trouvé le salut? Le Christ s'identifie avec le prêtre d'une manière toute spéciale. Le prêtre est comme un coeur supplémentaire qui transmet aux âmes le sang de la vie surnaturelle. Il est un organe essentiel pour la transmission de la vie spirituelle dans le Corps du Christ. Une défaillance de sa part arrêterait cette transmission et ceux qui dépendent de lui seraient coupés de la vie que le Christ leur destine. Le prêtre devrait être, pour sa communauté, toute proportion gardée, ce qu'est le Christ pour son Église. Les membres du Christ ne sont pas de simples employés, des partisans ou des adhérents, mais un véritable prolongement de lui-même. Ils vivent de sa vie et partagent son activité. Ils devraient voir les choses dans son optique. Quant au prêtre, il devrait à tous égards être un avec le Christ. De même que le Christ a voulu se former un Corps spirituel, ainsi le prêtre devrait faire de même. Il devrait se former des membres qui ne feraient qu'un avec lui. Le rôle du prêtre sera insignifiant et lui-même sera isolé et impuissant s'il ne s'appuie pas sur des membres vivants, formés par lui et unis à lui. " L'oeil ne peut donc dire à la main: 'Je n'ai pas besoin de toi', ni la tête à son tour dire aux pieds: 'Je n'ai pas besoin de vous'. (1 Co 12:21)

Le Christ a voulu qu'à travers son Corps mystique les âmes trouvent la voie, la vérité et la vie; il doit en être de même pour le nouveau Christ, le prêtre. Si son sacerdoce ne sert pas éminemment à la parfaite édification du Corps mystique, (cf Ep 4:12) bien réduite sera la foi divine qui pénètre et féconde les âmes.

De plus, le prêtre lui-même souffrira de cet état de choses, car, bien qu'il appartienne à la tête d'apporter la vie au corps, il n'en est pas moins vrai que cette tête vit de la vie du corps, participant à sa croissance comme à son dépérissement.

Le prêtre qui ne comprend pas cette loi de toute mission sacerdotale, ne réalise, au cours de sa vie, qu'une partie de ce qu'il lui a été donné de faire, alors que, dans le Christ, il doit embraser le monde entier." (Chanoine F. J. Ripley)

5. La Légion dans la paroisse

" Dans la situation actuelle, les fidèles laïcs peuvent et doivent faire énormément pour la croissance d'une authentique communion ecclésiale à l'intérieur de leurs paroisses et pour éveiller l'élan missionnaire vers les incroyants et aussi vers ceux, parmi les croyants, qui ont abandonné ou laissé s'affaiblir la pratique de la vie chrétienne." (CL 27) On remarquera que la croissance d'un authentique esprit communautaire sera grandement favorisée par l'établissement de la Légion de Marie. Par la Légion, les laïcs s'habituent à travailler dans la paroisse en étroite union avec les prêtres, et à participer aux responsabilités pastorales. Il est avantageux que, dans une réunion hebdomadaire régulière, soient réglementées les divers activités paroissiales. Cependant il est de plus haute importance que les personnes impliquées dans le travail paroissial soient bien préparées, en tant que membres de la Légion, par une formation spirituelle qui les aidera à comprendre que la paroisse est une communauté eucharistique, pourvue d'un système méthodique qui leur permettra de rejoindre tous les gens de la paroisse, dans le but de construire cette communauté. Quelques manières de remplir l'apostolat légionnaire dans la paroisse sont décrites au chapitre 37, " Quelques suggestions concernant les travaux" .

" Les prêtres doivent considérer l'apostolat laïc comme partie intégrante de leur ministère, et les fidèles comme un devoir de la vie chrétienne." (Pape Pie XI)

6. Ses fruits sont un idéal attrayant et une action intense

Si l'Église ne présentait qu'une routine circonspecte, elle mettrait dans une situation très désavantageuse la vérité dont elle a la garde. Si les jeunes prennent l'habitude de chercher dans des systèmes purement mondains ou même irréligieux l'idéal d'action auquel leur nature généreuse aspire ardemment, il en résultera un terrible mal, dont les générations futures devront subir les conséquences.

Ici la Légion peut apporter un appui avec son programme d'initiatives motivées, d'effort et de sacrifice, de telle sorte qu'elle contribuera à rendre l'idéal plus attrayant et l'action plus intense, en faisant d'eux des serviteurs de la doctrine de l'Église.

Au dire de l'historien Lecky, le monde est gouverné par ses idéaux. S'il en est ainsi, ceux qui créent un idéal plus élevé, soulèvent toute l'humanité, à condition, bien entendu, que cet idéal soit attrayant et concrètement abordable, pour constituer un titre important. On peut admettre sans difficulté que les idéaux mis de l'avant par la Légion se conforment à ces deux exigences.

Un trait important de la Légion, c'est que son travail fait germer de nombreuses vocations sacerdotales et religieuses parmi ses membres et leurs enfants.

On objectera qu'au milieu de l'égoïsme universel, personne ne voudra assumer le lourd fardeau du légionnaire. Ce raisonnement est faux. Le grand nombre de ceux qui répondent à l'appel pour des actions insignifiantes s'esquivent bien vite sans laisser de trace. Le petit nombre de ceux qui répondent à l'appel pour une grande entreprise persévéreront, et peu à peu leur esprit se communiquera à la foule.

Un praesidium de la Légion peut ainsi être un instrument efficace pour aider le prêtre à obtenir graduellement la coopération du laïcat, dans la tâche d'évangéliser ceux qui lui sont confiés. Ainsi, l'heure et demie passée chaque semaine à la réunion, guidant, encourageant, animant la vie spirituelle des membres, lui rendra possible d'être partout, de tout entendre, d'influencer chacun, d'aller au-delà de ses limites physiques. Vraiment il semble que le zèle ne pourrait être mieux employé que dans la direction de plusieurs praesidia.

Ainsi, avec les armes que sont les légionnaires, (en eux-mêmes un équipement aussi humble que le bâton, la besace, la fronde et quelques cailloux, transformés cependant par Marie en instruments du ciel), le prêtre peut, comme un autre David, affronter avec la certitude de la victoire le Goliath le plus provocateur, celui de l'incroyance et du péché.

" C'est une force morale, et non une force matérielle, qui soutiendra votre profession de foi et assurera votre triomphe. Ce ne sont pas les géants qui font le plus. Que la terre sainte était donc petite! Elle a cependant subjugué le monde. Quelle pauvre contrée était l'Attique! Elle a pourtant formé l'esprit humain. Moïse, était seul, seul aussi Élie, seuls David, Paul, Athanase, Léon. La grâce opère toujours par le petit nombre. La vision aiguë, l'ardente conviction, la résolution indomptable du petit nombre, le sang du martyr, la prière du saint, l'action héroïque, la crise passagère, l'énergie concentrée d'un mot ou d'un regard, voilà les instruments du ciel. Ne crains pas petit troupeau, car il est puissant Celui qui se tient au milieu de toi, et il fera pour toi des merveilles." (Cardinal Newman: La position actuelle des catholiques)

7. Le système de formation: celui du maître et de l'apprenti

On s'imagine généralement que la formation des apôtres est surtout une affaire de conférences et d'études de livres. La Légion estime au contraire qu'une telle formation ne peut être réalisée sans l'exercice même de l'apostolat. Des causeries sur l'apostolat qui ne seraient pas accompagnées d'aucun travail apostolique véritable, peuvent avoir un effet contraire à celui qu'on prévoyait. Une chose est claire: pour discuter de l'exécution d'un travail, il est nécessaire d'en décrire les difficultés, et pour l'accomplir, de faire appel à un courage et à une force d'âme exemplaires. Parler ainsi à des recrues, sans leur montrer en même temps par la pratique, que le travail ne dépasse pas leurs capacités et qu'il est même facile, cela ne fera que les intimider et les incitera à ne pas s'engager. De plus le système de conférences tend à produire les théoriciens qui pensent pouvoir convertir le monde par le jeu de leur intelligence. Ceux-là seront peu enclins à se dévouer aux humbles tâches et au laborieux suivi des contacts individuels, sur lesquels tout repose en réalité et que, soit dit en passant, le légionnaire accepte si volontiers.

La méthode de formation de la Légion est celle du maître et de l'apprenti. Elle soutient que c'est le moyen idéal de formation, utilisé dans tous les métiers et les professions, apparemment sans exception. Au lieu de faire de longs discours, le maître met le travail devant les yeux de l'apprenti, il lui montre par une démonstration pratique comment il faut l'exécuter, et lui explique les étapes successives. Alors, l'apprenti s'attaque lui-même au travail et ses fautes sont corrigées au fur et à mesure. De ce système émerge l'artisan habile. Les exposés techniques doivent être en fonction du travail lui-même, et chaque mot doit s'allier à un geste. Autrement, il ne produira que peu de fruit. Il pourrait même ne pas être retenu. Il est étrange de remarquer combien les meilleurs élèves eux-mêmes oublient les conférences auxquelles ils ont assisté.

D'autre part, si c'est par un moyen de conférences, qu'un mouvement d'apostolat se propose d'initier ses membres, peu de recrues se présenteront. La plupart des gens espèrent bien en avoir fini avec l'école, quand ils ont dépassé l'âge officiel des études. Les gens de condition modeste spécialement sont saisis de crainte à l'idée de retourner dans une sorte de classe, même si c'est une sainte salle de classe. C'est pourquoi la formation apostolique abstraite n'arrive pas à exercer beaucoup d'attrait. La procédure de la Légion est plus simple, plus psychologique. Ses membres disent aux autres personnes: " Venez et faites ce travail avec moi" . Au lieu d'une salle de classe, ceux qui viennent se trouvent devant un travail déjà entrepris par des gens semblables à eux. Ils comprennent aussitôt que le travail est dans les limites de leurs capacités, et acceptent avec empressement de se joindre à ce mouvement. Une fois membres, ayant vu le travail accompli, y ayant eux-mêmes participé, ayant appris par les comptes-rendus et les commentaires donnés sur ce travail la meilleure façon de procéder, ils s'en acquittent bientôt avec succès.

" On reproche parfois à la Légion le manque de compétence de ses membres ou son indifférence à les soumettre à de longues sessions d'études. À cela nous répondrons ceci: a) La Légion a pour principe de mettre à contribution les talents des membres les plus doués. b) Tout en évitant d'insister unilatéralement sur l'étude, elle s'efforce de donner à chacun une formation appropriée à son apostolat. c) Mais ce qu'elle se propose avant tout, c'est d'assurer une structure qui lui permette de dire au simple catholique: 'Viens, apporte ta petite part de talent; nous t'apprendrons à l'accroître et à t'en servir, par Marie, pour la gloire de Dieu'. Il ne faut pas perdre de vue que la Légion s'adresse aux humbles et aux moins doués, autant qu'aux érudits et aux puissants." (Père Thomas P. O'Flynn, C.M., ancien directeur spirituel du Concilium Legionis Mariae)

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP10.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu