www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 12

12

LES BUTS EXTÉRIEURS DE LA LÉGION

1. Le travail actuellement en cours

La Légion de Marie ne propose pas telle ou telle oeuvre en particulier, mais elle a pour objectif principal la sanctification de ses membres. Pour atteindre ce but, elle s'appuie en tout premier lieu sur leur assistance aux diverses réunions, au cours desquelles la prière et la dévotion se mêlent de telle sorte qu'elles créent l'atmosphère propre au déroulement des travaux. Toutefois, la Légion s'efforce de développer cette sainteté d'une manière spéciale, en éveillant en eux le sens de l'apostolat, en le " chauffant à blanc" selon l'expression courante, pour qu'il puisse se diffuser de lui-même. Cette diffusion n'est pas simplement l'utilisation d'une force développée, mais (par une sorte de réaction) c'est une partie nécessaire du développement de cette force. C'est par l'apostolat que l'esprit apostolique se développe le plus parfaitement. C'est pourquoi la Légion prescrit à chacun de ses membres, comme une obligation essentielle, l'accomplissement hebdomadaire d'un travail actif déterminé par le praesidium. Le travail procède de la réunion comme un acte d'obéissance envers elle, et sauf les exceptions qui seront indiquées plus tard, le praesidium peut approuver tout travail actif d'un membre, comme pouvant satisfaire au devoir hebdomadaire. En pratique, cependant, le but premier de la Légion exigerait l'orientation de cette activité obligatoire vers des besoins réels, et parmi ceux-là, vers les plus sérieux. En effet, l'intensité du zèle que la Légion s'efforce d'inspirer à ses membres exige un objectif qui en soit digne. Un travail insignifiant risque d'ébranler ce zèle, de telle sorte que des coeurs qui étaient disposés à se dépenser pour les âmes et à rendre au Christ amour pour amour, effort et sacrifice pour ses peines et sa mort, finissent par s'enliser dans la médiocrité et la tiédeur.

" Je n'ai pas été re-crée aussi facilement que je fus créé. Il a dit une parole et tout fut fait. Mais, tandis qu'il m'a créé par une simple parole et en un instant, il a dû, pour me re-créer, dire beaucoup de paroles, opérer des miracles et souffrir cruellement." (Saint Bernard)

2. L'objectif ultime et le plus élevé - le levain dans la communauté

Si important que puisse être le travail en cours, la Légion de Marie ne le regarde pas comme le but ultime ou même principal de l'apostolat de ses membres. Un tel travail peut occuper le légionnaire pendant deux ou trois, ou plusieurs heures de la semaine, tandis que la Légion regarde plus loin encore; elle pense que chaque heure de la semaine doit rayonner du feu apostolique allumé à l'ardeur de son foyer. Le système qui communique cette qualité de feu aux âmes a mis en mouvement une force puissante. L'esprit apostolique ne pénètre qu'en maître, il inspire toute la vie: pensées, paroles, actions; et dans ses manifestations extérieures, il n'est limité ni par le temps ni par le lieu. Les plus timides eux-mêmes et les moins doués acquièrent une étonnante aptitude à influencer les autres, ainsi, où qu'ils soient, et même sans la poursuite d'un apostolat conscient, le péché et l'indifférence finiront par s'incliner devant une puissance plus grande qu'eux-mêmes. C'est ce que l'expérience universelle enseigne. De même qu'un général regarde avec satisfaction ses postes importants adéquatement gardés, la Légion est heureuse de constater que tout est bien en place partout: dans les foyers, les boutiques, les usines, les écoles, les bureaux et tous les autres lieux de travail ou de récréation, où un vrai légionnaire est placé par les circonstances. Même dans les retranchements du scandale et de l'impiété, la présence de cette nouvelle Tour de David barrera la route au mal et l'empêchera d'avancer. On ne se résignera jamais à la corruption; on tentera des efforts pour y remédier; on là déplorera, on priera, on la combattra résolument, sans relâche, et probablement avec succès à la fin.

La Légion commence donc par réunir ses membres pour qu'ils persévèrent d'un seul esprit dans la prière avec leur Reine. Ensuite, elle les envoie dans les lieux de péché et de souffrance, pour y faire un bon travail, et en accomplissant cette tâche, devenir embrasé du désir d'en faire davantage. Enfin, elle recherche sur les chemins et sentiers de la vie quotidienne ce qui pourrait faire l'objet d'une mission encore plus glorieuse. Connaissant ce qui a été accompli par un petit nombre de légionnaires, réfléchissant sur les possibilités qui sont presque illimitées de son recrutement, convaincue que son organisation, si elle est résolument utilisée par l'Église, présente un moyen d'une étonnante efficacité pour purifier le monde pécheur, elle désire ardemment voir ses membres se multiplier, et devenir légion par le nombre, comme par le nom.

En rassemblant les membres qui travaillent activement, ceux qui accomplissent un service auxiliaire, ainsi que les bénéficiaires de leur influence respective, c'est toute une population qui peut être atteinte et tirée du niveau de la négligence ou de la routine, à celui d'une appartenance enthousiaste à l'Église. Pensons à ce que pareille transformation peut signifier pour un village ou une ville dont la population ne ferait plus seulement partie de l'Église, mais y serait comme une force motrice qui, directement ou par la Communion des Saints, dirigerait ses énergies jusqu'aux extrémités de la terre et jusqu'aux lieux les plus sombres. Quel idéal - une population entière organisée pour Dieu! Cependant ce n'est pas simplement un idéal. C'est la chose la plus possible et la plus réalisable dans le monde d'aujourd'hui - à condition qu'on renonce à se fermer les yeux et à se croiser les bras.

" Oui, les laïcs sont une race choisie, un sacerdoce saint; appelés aussi à être 'le sel de la terre' et 'la lumière du monde'. C'est spécifiquement leur vocation et leur mission d'exprimer l'Évangile dans leurs vies, introduisant ainsi l'Évangile comme un levain dans la réalité du monde dans lequel ils vivent et travaillent. Les grandes forces qui façonnent le monde - la politique, les médias, la science, la technologie, la culture, l'éducation, l'industrie et le travail - sont précisément les lieux, où les laïcs sont spécialement compétents pour exercer leur mission. Si ces forces sont guidées par des gens qui sont de vrais disciples du Christ, pleinement compétents et au fait du savoir séculier, alors, en effet, le monde sera transformé par le dedans par le pouvoir salvifique du Christ." (Pape Jean-Paul II, discours à Limerick, Irlande, octobre 1979)

3. S'unir étroitement

Cette recherche primordiale " du royaume de Dieu et de sa justice"

(Mt 6:33), c'est-à-dire l'apostolat par des activités spécifiquement orientées vers les âmes, absorbe entièrement la Légion. Néanmoins elle ne doit pas oublier ces autres choses qui " lui ont été ajoutées" . Par exemple, la Légion a une valeur sociale, ce qui devient un avantage national dans un pays où elle existe, et représente un avantage spirituel pour les âmes qui y vivent.

Le bon fonctionnement de la machine sociale, comme toutes les autres machines d'ailleurs, exige l'harmonieux fonctionnement de toutes les pièces qui la composent, c'est-à-dire que chaque citoyen pris individuellement doit accomplir exactement la fonction qui lui a été assignée avec le moins de friction possible. Si chacun ne remplit pas complètement sa fonction, le gaspillage s'installe pour déranger l'équilibre nécessaire; les engrenages ne s'emboîtent plus les uns dans les autres. Il est impossible d'effectuer un redressement, car il est infiniment difficile de déceler le degré ou même l'origine de la défaillance; dès lors, le remède approprié s'avère d'adopter plus de force, ou de lubrifier, en y engouffrant plus d'argent. Ce remède affaiblit encore davantage l'idée de service ou de coopération spontanée, de sorte qu'un affaiblissement progressif en résulte. Sans doute, même si la moitié des rouages étaient mal ajustés, les communautés ont assez de vitalité pour continuer à fonctionner, mais en payant le terrible prix de la pauvreté, de la frustration et du malheur. C'est un gaspillage d'argent et d'efforts pour faire marcher des pièces qui devraient fonctionner sans effort ou qui devraient être en réalité une source de puissance, Résultat: problèmes, troubles, crises.

Qui peut nier que c'est ce qui arrive même dans les pays les mieux organisés? L'égoïsme est la règle de vie de l'individu. La haine change la vie de beaucoup de gens en forces purement destructrices. Chaque jour nous apporte la démonstration de cette vérité, qui peut être ainsi formulée. " Les hommes qui nient Dieu, ou qui le trahissent, manqueront également de loyauté à l'égard de toute personne et de tout ce qui est moins que Dieu, de toute chose sur terre et dans le ciel." (Brian O'Higgins) Si l'État n'est que la somme des vies individuelles qui le composent, à quels sommets peut-on espérer le voir atteindre? Un danger et une souffrance pour elles-mêmes, qu'est-ce que les nations ont à offrir au monde en général, sinon une partie de leurs propres désordres?

Mais supposons que dans la communauté pénètre une force qui se répand comme une contagion de l'un à l'autre, et qui rend agréables aux individus les idées d'oubli de soi, d'amour mutuel, d'idéal! Quel changement se produit! Les plaies douloureuses se cicatrisent et la vie est vécue à un niveau différent. Supposons une nation qui se lèverait, ayant édifié sa vie selon un idéal élevé, et qui donnerait au monde l'exemple de tout un peuple mettant en pratique sa foi, et par le fait même résoudrait ses problèmes. Qui peut douter qu'une telle nation serait une lumière brillante pour le monde, et que le monde viendrait s'asseoir à ses pieds pour en recueillir les leçons.

Or, il est incontestable que la Légion de Marie possède le pouvoir d'intéresser les laïcs d'une manière vitale à leur religion, et de communiquer à ceux qui subissent son influence un idéal si ardent qu'ils tendent à oublier leurs divisions de ce monde, leurs différences et antagonismes, qu'ils sont animés du désir de travailler pour l'humanité entière en l'aimant. Étant enraciné dans la religion, cet idéalisme n'est pas un simple sentiment. Il rend l'individu capable de penser en termes de service, il tire de lui de grands sacrifices, lui fait atteindre les sommets de l'héroïsme et il ne s'évapore pas.

Pourquoi? La motivation en est la raison. Toute énergie a une source. Or la Légion possède, en vue de servir la communauté, une raison d'agir irrésistible. C'est que Jésus et Marie furent des citoyens de Nazareth. Ils aimaient leur ville et leur pays avec une ferveur religieuse, car pour les Juifs, religion et patrie étaient si divinement entrelacées qu'elles formaient un seul tout. Jésus et Marie vivaient à la perfection la vie ordinaire des gens de leur localité. Pour eux, chaque personne, chaque chose étaient dignes du plus profond intérêt. On ne saurait, sous ce rapport, concevoir chez eux la moindre indifférence ou négligence.

Aujourd'hui, le monde est leur patrie et chaque lieu est leur Nazareth. Ils sont encore plus intimement liés à une communauté de baptisés qu'ils ne l'étaient à leur propre parenté. À présent, leur amour se répand à travers le Corps mystique. Dans la mesure où les membres de ce Corps s'appliquent à vivre dans cet esprit, au service du lieu où ils habitent, Jésus et Marie s'y installent, exerçant leur influence bienfaisante, non seulement sur les âmes, mais aussi sur leur milieu de vie. Les conditions matérielles s'améliorent; les problèmes perdent de leur acuité. Une amélioration véritable ne peut venir d'aucune autre source.

L'application de chacun à remplir ainsi son devoir de chrétien au sein de sa localité semblerait favoriser le patriotisme envers la nation. Ce mot est mal défini. Qu'est-ce que le vrai patriotisme? Il n'en existe ni carte, ni modèle universellement valables. Le dévouement et la générosité qui se manifestent au cours d'une guerre pourraient en donner une idée approximative. Mais comme ce n'est pas l'amour, mais plutôt la haine, qui provoque la guerre, cette dernière est proprement dirigée vers la destruction. Il est donc urgent d'établir un modèle de patriotisme pacifique.

C'est ce service spiritualisé à la communauté que la Légion n'a cessé de recommander fortement sous le nom de " Vrai dévouement à la nation." Non seulement ce service doit-il être entrepris pour un motif spirituel, mais tous les contacts qui en découlent doivent être employés à promouvoir le spirituel. Les activités ne produisant que des avantages matériels fausseraient l'idée même de ce service. Le cardinal Newman exprime parfaitement cette idée fondamentale quand il dit qu'un progrès matériel non accompagné d'une évolution morale correspondante, est quelque chose de terrible, d'impensable. Comme en toute chose, il s'agit de trouver l'équilibre.

On peut obtenir du Concilium un livret sur ce sujet.

Regardez, peuples de la terre! Si telle est la Légion, ne semble-t-il pas qu'elle offre, toujours prête à servir, une chevalerie comparable à l'ancienne, unissant étroitement les hommes dans une noble entreprise pour Dieu: dans un service transcendant de beaucoup la guerre légendaire du roi Arthur, qui - selon le beau poème de Tennyson - " réunit les chevaliers errants de son royaume: et tous les royaumes: dans cet Ordre de sa Table ronde: une glorieuse compagnie, la fleur de l'humanité: pour servir de modèle à un monde puissant: et être le beau commencement d'une ère nouvelle."

" À la fois 'assemblée visible et communauté spirituelle', l'Église fait route avec toute l'humanité et partage le sort terrestre du monde; elle est comme le ferment et, pour ainsi dire, l'âme de la société humaine, appelée à être renouvelée dans le Christ et transformée en famille de Dieu.

Le Concile exhorte les chrétiens, citoyens de l'une et de l'autre cité, à remplir avec zèle et fidélité leurs tâches terrestres en se laissant conduire par l'esprit de l'Évangile. Ils s'éloignent de la vérité, ceux qui, sachant que nous n'avons pas ici-bas de cité permanente, mais que nous marchons vers la cité future, croient pouvoir, pour cela, négliger leurs tâches humaines, sans s'apercevoir que la foi même, compte tenu de la vocation de chacun, leur en fait un devoir plus pressant." (GS 40, 43)

" Ce besoin et cette obligation soulignés dans ce décret conciliaire ont trouvé une réponse concrète dans l'action de la Légion lancée en 1960 sous le nom de True Devotion to the Nation. L'importance des réalisations déjà obtenues fait prévoir de vastes possibilités de développement. Mais il est un point sur lequel il faut insister: la contribution de la Légion à l'ordre temporel ne s'appuie pas sur une connaissance ou une expérience exceptionnelles, ni sur des capacités éminentes, ni même sur un grand nombre de travailleurs, -- mais sur un dynamisme spirituel qui en fait une force universelle; laquelle, si elle est captée, est capable de soulever toute une partie du peuple de Dieu, assez sage et assez avisée pour s'en servir. Mais l'initiative doit venir de la Légion. Tout en évitant l'attachement aux choses du monde, la Légion doit se soucier du monde, dans le sens du texte cité plus haut. Elle doit comprendre que la vie de l'homme se déroule forcément au milieu de ce monde matériel et que son salut lui est lié dans une grande mesure." (Père Thomas P. O'Flynn, C.M., ancien directeur spirituel du Concilium Legionis Mariae)

4. La grande aventure pour Dieu

Une telle chevalerie est nécessaire en ce temps de péril particulier pour la religion. Le sécularisme et l'irreligion, soutenus par une puissante propagande, répandent leurs influences corruptrices en des cercles sans cesse s'élargissant, et semblent capables d'engloutir le monde.

Comparée à ces forces formidables, qu'il est modeste le troupeau constitué par la Légion de Marie. Cependant ce contraste même l'enhardit. La Légion est composée d'âmes qui sont unies à la Vierge toute-puissante. Il y a plus. Elle contient en elle même des principes élevés et elle sait les appliquer avec efficacité. Celui qui est tout-puissant peut faire de grandes choses en elle, et par elle.

La Légion de Marie poursuit des buts diamétralement opposés à ceux des autres légions qui renient " notre seul Maître et Seigneur, Jésus Christ" . (Jude 1:4) Le but de la Légion est d'apporter Dieu et la religion à chaque âme, tandis que le but avoué des autres forces est de réaliser l'objectif opposé. Il ne faut pas croire, cependant, que l'organisation légionnaire a été conçue dans l'intention expresse de s'opposer à cet empire de l'incroyance. Les choses se sont passées plus simplement. Un petit groupe s'assemble un jour autour de la statue de Notre-Dame pour lui dire: " Conduisez-nous" . Unis à elle, ils commencèrent la visite d'un immense hôpital rempli de malades, d'affligés, d'infortunés de la grande ville, contemplant son Fils bien-aimé en chacun d'eux. Ils en vinrent à comprendre aussi qu'il est en chaque membre de l'humanité, et qu'ils devaient se joindre à l'oeuvre maternelle de Marie servant Jésus en chacun d'eux. La main dans la main de leur Mère, ils commencèrent leur humble service; et voilà qu'ils sont devenus légion; et partout dans le monde, ils accomplissent ces simples actes d'amour de Dieu dans l'homme, et de l'amour des hommes pour l'amour de Dieu, et partout cet amour manifeste son pouvoir de remuer et de gagner les coeurs.

Les systèmes matérialistes aussi déclarent aimer et servir les hommes. Ils prêchent un évangile trompeur de fraternité. Des millions adhèrent à cet évangile. En son nom, ils désertent une religion qu'ils croient inerte. Cependant la situation n'est pas sans espoir. Il y a moyen de ramener à la Foi ces millions de déterminés, et d'en sauver d'innombrables millions d'autres. Cet espoir réside dans l'application d'un grand principe qui gouverne le monde, et que saint Jean Vianney, le Curé d'Ars, a exprimé ainsi: " Le monde appartient à celui qui l'aime le plus et qui lui prouve cet amour." Les gens ne peuvent s'empêcher d'être remués en voyant une véritable foi incarnée dans des hommes remplis d'un amour héroïque pour leurs semblables. Convainquez-les que c'est l'Église qui les aime le plus, et ils vont retourner à la foi en dépit de tout le reste. Ils iront même jusqu'à donner leur vie pour cette Foi.

Aucun amour ordinaire ne pourrait ainsi conquérir les hommes. Ni un catholicisme médiocre, qui peut à peine se maintenir lui-même. Cette oeuvre peut être accomplie par un catholicisme qui aime le Christ son Seigneur de tout son coeur, et qui le voit et l'aime dans tous les hommes quels qu'ils soient. Cette charité suprême du Christ doit être pratiquée à un tel degré que tout observateur soit contraint d'admettre que c'est vraiment une caractéristique de l'Église, et non seulement le fait de quelques membres d'élite de l'Église. C'est donc dans la vie de l'ensemble des laïcs chrétiens qu'elle doit se manifester.

Il semble impossible d'embraser d'un tel esprit toute la famille de l'Église. Oui, la tâche est herculéenne! Si longues sont les données du problème, si nombreuses les armées qui occupent le sol, que même le courage du coeur le plus vaillant pourrait manquer. Mais Marie est le coeur de la Légion, et ce coeur est débordant de foi et d'amour inexprimables. Animée par cette certitude, la Légion regarde le monde, et aussitôt naît l'espérance. " Le monde appartient à celui qui l'aime le plus." Se tournant alors vers sa grande Reine, comme elle le fit au début, elle lui dit: " Conduisez-nous!" .

" La Légion de Marie et ses forces opposées, le sécularisme et l'irréligion, s'affrontent. Ces forces constamment soutenues par la propagande de la presse, de la télévision et de la vidéo ont véhiculé l'avortement, le divorce, la contraception, les drogues et toute forme d'indécence et de brutalité dans le coeur de chaque foyer. La simplicité et l'innocence de chaque nouveau-né sont dès lors à la merci de ces influences dévastatrices.

Il ne faut rien moins que la mobilisation générale de tout le peuple catholique pour résister à cet endoctrinement. La Légion de Marie possède l'organisme parfaitement adapté à ce but, de l'avis même des forces opposées. Mais un organisme est par lui-même inutile s'il n'est pas mû par une force suffisante. Cette force motrice de la Légion se trouve dans sa spiritualité, qui s'appuie en toute confiance sur l'action du Saint Esprit, la vraie dévotion à son Épouse, la bienheureuse Vierge Marie, et qui se nourrit de l'Eucharistie, Pain de Vie.

Quand ces deux forces entrent en conflit, c'est l'esprit de la Légion qui l'emporte. Portant quotidiennement la croix de leur Maître, les légionnaires lutteront efficacement contre la mollesse moderne, la permissivité et la faiblesse qui ruinent notre société aujourd'hui, et finalement ils triompheront." (Père Aedan McGrath, S.S.C.)

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP12.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu