www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 16

16

AUTRES DEGRÉS D'AFFILIATION

En plus des membres actifs ordinaires, la Légion admet deux autres degrés d'affiliation.

1. LES PRÉTORIENS

Les Prétoriens* (*La garde prétorienne était le régiment d'élite de l'armée romaine) forment un degré supérieur dans les rangs des membres actifs. Aux obligations ordinaires de ces derniers, ils s'engagent à ajouter: (1) la récitation quotidienne de toutes les prières comprises dans la tessera de la Légion; (2) la Messe et la sainte Communion quotidiennes. Nul ne devrait être détourné d'accéder à ce degré de prétorien dans la crainte de ne pas réussir à assister à la Messe ou à recevoir la sainte Communion absolument tous les jours. Nul ne peut être certain d'une telle régularité. Quiconque n'y manque normalement qu'une ou deux fois par semaine peut s'inscrire avec confiance comme prétorien; (3) la récitation quotidienne d'un office approuvé par l'Église, spécialement l'Office divin, ou une partie importante de cet Office, par exemple les prières du matin et du soir. Un bréviaire abrégé contenant ces heures avec la prière du soir a été approuvé.

De temps en temps on suggère que la récitation d'un office soit remplacée par la méditation, ou qu'on puisse faire les deux alternativement. Cette suggestion ne serait pas conforme à l'idée essentielle du degré de prétorien, qui est d'associer le légionnaire aux grands actes officiels du Corps mystique. Le travail actif du légionnaire est une participation à l'apostolat officiel de l'Église. Le degré de prétorien vise à le plonger plus profondément encore dans la vie collective de l'Église. Il est donc évident qu'il doive prescrire la Messe et la sainte Communion parce qu'elles sont les cérémonies centrales de l'Église, renouvelant chaque jour l'acte chrétien par excellence.

Après ces actes liturgiques vient l'Office, l'invocation collective de l'Église, dans laquelle c'est le Christ lui-même qui prie. En récitant un office fondé sur la récitation des psaumes, on utilise les prières que le Saint-Esprit a inspirées et on se trouve ainsi près de cette voix collective qui doit être entendue du Père. C'est pourquoi un Office, plutôt que la méditation, est une condition d'admission comme prétorien.

" À mesure que la grâce se développe en nous, notre amour doit revêtir des formes nouvelles" disait l'archevêque Leen à ses légionnaires. Pour ceux qui le peuvent, la récitation complète du bréviaire traduirait bien une telle expansion de l'amour.

Il importe de bien comprendre ce qui suit:-

(a) Les Prétoriens ne constituent pas une unité distincte dans la Légion, mais simplement un degré dans le service actif. On n'établira donc pas pour eux de praesidia séparés;

(b) Le degré du membre prétorien doit être considéré uniquement comme un contrat privé du légionnaire individuellement;

(c) il est interdit, pour recruter des prétoriens, de recourir jusqu'à l'ombre même d'une contrainte morale. Aussi, même si l'on peut, et qu'on devrait fréquemment exhorter les légionnaires à s'engager à ce degré, aucun nom ne doit être pris ou mentionné publiquement;

(d) la qualité de prétorien s'effectue par l'inscription du nom du légionnaire sur une liste spéciale;

(e) les directeurs spirituels et les présidents s'efforceront d'augmenter le nombre de leurs prétoriens, tout en restant en contact avec les prétoriens déjà existants, pour s'assurer qu'ils ne se lassent pas dans leur engagement héroïque.

Si le directeur spirituel consentait à ce que son nom soit inscrit sur le registre de prétoriens, il intensifierait ainsi sa qualité de membre de la Légion, et il serait lié encore plus fortement à son praesidium. Son adhésion faciliterait aussi le recrutement de prétoriens dans le praesidium.

La Légion compte beaucoup sur le degré prétorien. Il conduira un grand nombre de ses membres à s'unir plus étroitement à Dieu par la prière. Cela veut dire qu'il se formera en elle un centre de prière, dans lequel de plus en plus de légionnaires tendront à établir leur demeure. Cela affectera inévitablement toute la vie spirituelle de la Légion et fera grandir en elle la confiance dans le pouvoir de la prière, pour mener à bien toutes ses oeuvres. En fait, la Légion sera ainsi amenée à comprendre toujours mieux que sa principale et réelle destinée est la spiritualisation de ses membres.

" Croître, vous le devez. Je le sais; c'est votre destinée; votre nom même de catholique le requiert; c'est le privilège de l'héritage des apôtres. Cependant une extension matérielle sans un développement moral correspondant serait une éventualité presque effrayante à envisager." (Cardinal Newman: Position actuelle des catholiques)

2. LES MEMBRES AUXILIAIRES

Les prêtres, les religieux et les laïcs peuvent être membres auxiliaires . Leur recrutement se fait parmi les personnes qui ne peuvent pas, ou ne désirent pas assumer les devoirs des membres actifs, mais qui s'associent à la Légion en se chargeant d'un service de prière en son nom.

Il existe deux degrés pour les membres auxiliaires:-

(a) le premier degré, dont les membres sont simplement appelés auxiliaires; et

(b) le degré supérieur, dont les membres sont plus particulièrement désignés par le terme adjutores Legionis ou adjutoriens.

Il n'y a pas de limite d'âge pour les auxiliaires,

Leur service n'a pas besoin d'être offert directement pour la Légion. Il suffit de l'offrir en l'honneur de notre bienheureuse Dame. On pourrait penser par là que la Légion pourrait n'en rien recevoir; la Légion ne désire pas prendre pour elle ce qui pourrait faire plus de bien ailleurs. Néanmoins, comme ce service est légionnaire, il est vraisemblable que la Reine de la Légion sera portée à tenir compte des besoins de la Légion.

Cependant, il est fortement recommandé que ce service, ainsi que tous les autres services légionnaires, soient offerts à Notre Dame comme un don sans réserves qu'elle peut administrer selon ses intentions. Cela élèverait le don à un plus haut niveau de générosité et en augmenterait de beaucoup la valeur. Pareil objectif pourrait être rappelé quotidiennement dans une formule d'offrande comme celle-ci: " Marie Immaculée, Médiatrice de toutes les grâces, je mets à votre disposition telle partie de mes prières, de mes travaux et de mes souffrances, autant que cela m'est permis" .

Ces deux groupes de membres auxiliaires sont à la Légion ce que les ailes sont à un oiseau. Avec ces ailes largement déployées, grâce à de nombreux auxiliaires, et battant avec puissance sous l'élan rythmique de leur prière confiante, la Légion peut s'élever là où elle veut très haut dans l'idéal surnaturel et l'effort. Elle s'envole partout et même les montagnes ne peuvent arrêter sa course. Mais si les ailes se replient, la Légion boitille gauchement et lentement au sol, arrêtée par le moindre obstacle.

LE PREMIER DEGRÉ: LES AUXILIAIRES

Les membres de ce degré, simplement appelés auxiliaires, sont l'aile gauche de l'armée priante de la Légion. Leur service consiste dans la récitation quotidienne des prières comprises dans la tessera, à savoir: l'invocation et la prière au Saint-Esprit, cinq dizaines du rosaire et les invocations qui les suivent; la catena et les prières décrites comme " prières finales" . Ces prières peuvent être échelonnées au cours de la journée, selon ce qui convient à chacun.

Les personnes qui récitent déjà un chapelet quotidien à quelque intention que ce soit peuvent devenir auxiliaires sans être obligées d'en réciter un deuxième.

" Celui qui prie assiste toutes les âmes. Il assiste ses frères et les soutient par le salutaire et puissant magnétisme d'une âme qui croit, qui sait et veut. Il fournit ce que saint Paul nous supplie de faire avant toutes choses: des prières, des supplications, des instances et des actions de grâces pour tous les hommes. 'Ne cessez pas de prier et de faire des supplications en tout temps dans l'esprit.' (Ep 6.18) Et ne semble-t-il pas que si vous cessez de veiller, d'insister, de faire effort, de tenir bon, tout va se relâcher, le monde va reculer, vos frères vont sentir en eux moins de force et d'appui? Oui, certes, il en est ainsi. Chacun de nous, pour sa part, porte le monde; et ceux qui cessent de travailler, de veiller, chargent les autres" . (Gratry: Les Sources)

LE DEGRÉ SUPÉRIEUR: LES ADJUTORIENS

Les adjutoriens sont l'aile droite de la Légion priante. Elle se compose de ceux qui quotidiennement: (a) récitent toutes les prières de la tessera, et qui en plus (b) acceptent d'assister à la Messe, de recevoir la sainte Communion, et de réciter un Office approuvé par l'Église.

Voir la référence sur l'appartenance prétorienne relativement à la valeur spéciale de l'Office.

L'adjutorien est donc au simple auxiliaire ce que le prétorien est au légionnaire actif ordinaire. Les obligations supplémentaires sont les mêmes.

Si une ou deux fois par semaine les conditions requises ne sont pas totalement remplies, cela ne serait pas considéré comme un manquement important du devoir du membre.

La récitation de l'Office n'est pas exigée des religieux qui n'y sont pas obligés par leur règle.

On devrait s'efforcer d'amener les membres auxiliaires à devenir adjutoriens, car on leur offre ainsi un véritable chemin de vie. Ce qui est dit dans la section des prétoriens concernant l'union du légionnaire à la prière de l'Église, et la valeur spéciale d'un Office, s'applique également aux adjutoriens.

On fait spécialement appel aux prêtres et aux religieux pour qu'ils acceptent de devenir adjutoriens. La Légion désire sérieusement l'union avec la classe consacrée, qui a reçu mission de mener une vie de prière et d'étroite intimité avec Dieu et qui constitue au sein de l'Église une magnifique centrale d'énergie spirituelle. Si la Légion est effectivement rattachée à cette centrale, les rouages légionnaires vibreront d'une force irrésistible.

Après réflexion, le fait de devenir adjutoriens ajoute peu de chose aux obligations déjà existantes des prêtres et des religieux - rien de plus en effet que la catena, la prière légionnaire, et quelques invocations: une matière de quelques minutes seulement. Mais, grâce à ce lien avec la Légion, ils ont le pouvoir d'en devenir la force motrice.

Archimède disait: " Donnez-moi un levier et un point d'appui et je soulèverai le monde" . Les adjutoriens trouveront dans l'union à la Légion ce point d'appui essentiel sur lequel ils poseront le puissant levier de leurs saintes prières. Celles-ci deviennent alors toutes-puissantes pour soulever les âmes alourdies du monde entier et les aider à résoudre leurs énormes problèmes.

" Au Cénacle, où, par l'effusion de l'Esprit Saint, l'Église fut définitivement fondée, Marie commence à exercer visiblement au milieu des apôtres et des disciples réunis, un rôle qu'elle continuera toujours par la suite à exercer d'une manière plus secrète et plus intime: celui d'unir les coeurs dans la prière, et de vivifier les âmes par le mérite de son intercession toute-puissante: 'Tous, d'un même coeur étaient assidus à la prière avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, et avec ses frères.' (ac 1,14)" (Mura: Le Corps mystique du Christ)

CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES DEUX DEGRÉS D'AUXILIAIRES

(a) Service supplémentaire. La Légion demande aux auxiliaires des deux degrés de considérer les conditions essentielles d'admission, non comme des limites de service, mais comme un minimum qu'ils intensifieront généreusement, par beaucoup d'autres prières et actions faites à cette intention.

Il est suggéré aux prêtres adjutoriens de faire un mémento spécial à toutes leurs messes et même d'offrir de temps en temps le saint Sacrifice aux intentions de Marie et de la Légion. Les autres auxiliaires pourraient, même au prix de quelque sacrifice, essayer de faire célébrer de temps à autre une messe à la même intention.

Quelle que soit la générosité d'un auxiliaire pour la Légion, il reçoit en retour infiniment plus que le centuple. Et comment cela se fait-il? C'est que la Légion apprend aux auxiliaires non moins qu'aux membres actifs la grandeur de Marie, qu'elle les enrôle en service de soldats pour elle, et la leur fait aimer proprement. Tout cela est quelque chose de si grand que même le mot centuple ne peut exprimer le profit qu'on retire. La vie spirituelle s'élève à un plus haut niveau, assurant ainsi à l'âme une plus glorieuse éternité.

(b) Qui peut refuser à Marie ce genre de don? Celle qui est la Reine de la Légion, est aussi la Reine de l'univers, de toutes ses divisions et de toutes ses entreprises; de telle sorte que lui donner à elle, c'est donner là où le besoin est le plus grand, là où la prière personnelle accomplira le plus de bien.

(c) En gérant ainsi les biens placés entre ses mains, Marie Immaculée tiendra compte des besoins de notre vie ordinaire, ainsi que de nos devoirs et de nos obligations. On pourrait se poser cette question: " Je voudrais bien faire partie des auxiliaires, mais j'ai déjà tout donné dans un total abandon à Marie, ou aux âmes du purgatoire, ou aux missions. Tout est parti. Rien ne reste pour la Légion. À quoi servirais-je dans les rangs des auxiliaires?" La Légion répond: C'est un grand avantage pour la Légion d'accueillir une personne si généreuse. Votre désir d'aider la Légion est de lui-même une prière additionnelle, une preuve de votre grande pureté d'intention, un appel irrésistible à la générosité illimitée de la gardienne du trésor divin. Il est certain que si vous devenez auxiliaire, elle répondra et fera en sorte que la nouvelle intention porte du fruit, tout en n'enlevant rien aux précédentes. C'est l'art de notre merveilleuse Reine et Mère de nous enrichir étrangement, tout en profitant de notre offre pour aider libéralement les autres à même nos trésors spirituels. Son intervention signifie l'accomplissement d'une oeuvre supplémentaire. Une multiplication merveilleuse a eu lieu: ce que saint Louis-Marie de Montfort appelle un secret de grâce et qu'il décrit ainsi: " Du fait que nos bonnes oeuvres passent par les mains de Marie, elles reçoivent une augmentation de pureté et par conséquent de mérite, et de valeur de supplication et de satisfaction. Elles en deviennent plus capables de consoler les âmes du purgatoire et de convertir les pécheurs que si elles ne passaient pas par ses mains virginales et généreuses."

Toute vie a besoin de la puissance de cette admirable transaction, où ce que nous avons est pris, placé avec usure, et nous est rendu avec accroissement au centuple, après avoir accompli son oeuvre. Telle est la force que l'on trouve en ce don fait à Marie d'un service fidèle en qualité d'auxiliaire.

(d) Étant donné le grand nombre d'âmes en détresse avec lesquelles la Légion est en contact, Marie semble lui avoir mis au coeur quelque peu de son irrésistible pouvoir d'attraction. Les légionnaires ne trouveront pas difficile d'enrôler leurs amis dans ce service auxiliaire si vital pour la Légion et d'une telle valeur pour les auxiliaires eux-mêmes. Ils sont ainsi associés à la Légion, et participent à toutes les prières et les oeuvres de celle-ci.

e) L'expérience démontre aussi que l'état d'auxiliaire ou de membre priant séduit autant que celui de membre actif. Des personnes qui autrement ne penseraient pas à réciter le chapelet tous les jours se montrent fidèles à remplir leurs obligations de membres auxiliaires, qui exigent la récitation quotidienne de toutes les prières contenues sur la carte de prières de la Légion, telles que déjà détaillées. Nombre de personnes vivant dans des centres hospitaliers et autres institutions, qui avaient perdu courage, ont repris intérêt à la vie en devenant auxiliaires de la Légion, tandis que des multitudes dans les villages, ou dans des milieux où la religion tend à se scléroser ou à devenir routinière, ont pris conscience qu'elles ont de l'importance pour l'Église, et cela en devenant membres auxiliaires; elles ont compris qu'elles faisaient partie de la Légion, prenant un intérêt personnel dans la Légion, lisant avidement les moindres nouvelles à son sujet. Elles se sentent engagées elles-mêmes dans les luttes qui se livrent pour les âmes, même dans les pays les plus lointains. Elles se rendent compte que la victoire dépend de leurs prières. Les récits d'actions nobles et émouvantes accomplies pour les âmes dans des pays lointains raniment leur vie terne et elles en tressaillent de joie. Leur existence se transforme par l'idée la plus inspiratrice qui soit, la conscience de participer à une croisade. Les vies même les plus saintes ont besoin d'un tel stimulant.

(f) chaque praesidium devrait avoir pour objectif d'amener tous les catholiques de son secteur à devenir membres auxiliaires. Il préparerait ainsi un sol favorable au développement d'autres aspects de l'apostolat légionnaire. L'échange vivant qu'est une visite, doublée d'un compliment, en vue d'obtenir l'adhésion de membres auxiliaires sera universellement bien reçu et une réponse favorable peut être anticipée.

(g) Dans la mesure où des membres d'autres mouvements ou associations catholiques adhèrent au degré auxiliaire, une intégration désirable de toutes les activités s'accomplit. Ils sont de ce fait unis dans la prière sous la protection de Marie, dans la sympathie, l'idéal, mais sans la plus légère ingérence dans leur propre autonomie ou leurs caractéristiques, et sans aliéner les prières qu'elles font pour leurs propres mouvements. Il est bon de souligner que ces prières des auxiliaires sont offertes en l'honneur de notre bienheureuse Dame et non en faveur de la Légion.

(h) Une personne qui n'est pas catholique ne peut pas devenir membre auxiliaire. Mais si le cas se présente (et cela arrive parfois), où une telle personne accepte de réciter quotidiennement toutes les prières légionnaires, on doit lui remettre une tessera et l'encourager dans son généreux dessein. On doit également prendre note de son nom pour rester en contact avec elle. Il est certain que Notre Dame se montrera attentive aux besoins de cette âme.

(i) C'est la lutte pour le salut des âmes dans le monde entier, plutôt que les besoins locaux que l'on doit présenter aux auxiliaires, comme l'objet de leur service de prière. La conception à placer clairement dans leur esprit est la suivante: même s'ils ne sont pas sur les rangs de la bataille, ils jouent cependant un rôle essentiel, comparable à celui des approvisionneurs, soit en munitions, soit en vivres, sans lesquels les forces combattantes seraient impuissantes.

(j) ll ne faut pas accepter les auxiliaires à la légère. Les personnes pressenties doivent être pleinement informées à l'avance de leurs obligations et n'être admises que si l'on a une assurance raisonnable qu'elles seront fidèles à leur engagement.

(k) En vue d'intensifier l'intérêt des auxiliaires dans le service qu'ils ont entrepris, et ainsi (1) pour le présent, améliorer la qualité de ce service et en assurer la persévérance; et (2) pour l'avenir, les conduire à faire partie des adjutoriens et des membres actifs; il faudrait les mettre au courant du travail de la Légion.

l) Il importe de garder contact avec les auxiliaires afin de conserver leur service et de maintenir leur intérêt; cela procurera un travail admirable pour certains des légionnaires dont l'idéal devrait être de conduire toujours plus loin ceux dont ils ont la charge.

(m) Chacun des auxiliaires devrait être informé des grands avantages résultant de l'affiliation à la Confrérie du très saint Rosaire. Étant donné qu'il récite déjà un plus grand nombre de prières que celles qui sont exigées de la confrérie, il lui suffira pour s'affilier de faire inscrire son nom sur le registre.

(n) Également dans l'intérêt du développement complet des soldats auxiliaires de Marie, il importerait de leur expliquer au moins en quoi consiste la Vraie Dévotion à la Très Sainte Vierge - ou entière consécration de sa vie à Marie. Beaucoup d'entre eux seraient contents d'entreprendre ce plus complet service de Marie, qui amène à donner leurs trésors spirituels à celle que Dieu a déjà désignée comme sa propre trésorière. Ils n'ont pas lieu de craindre, parce que les intentions de Marie sont les intérêts du Sacré Coeur. Ceux-ci comprennent tous les besoins de l'Église. Ils couvrent tout l'apostolat. Ils s'étendent au monde entier. Ils descendent aussi jusqu'aux saintes âmes du purgatoire. Le zèle pour les intentions de Marie comprend le souci des besoins du corps de Notre Seigneur. Elle n'est pas moins maintenant la Mère pleine de sollicitude qu'elle ne l'était aux jours de Nazareth. Être en conformité avec ses intentions, c'est aller directement au but, qui est la volonté de Dieu. En revanche, en voulant se guider soi-même, quelle route tortueuse en résulte: pourra-t-elle jamais mener quelqu'un au bout du voyage?

De peur que certains soient enclins à penser que cette dévotion ne peut être pratiquée que par des personnes avancées en spiritualité, il est important de souligner que c'était à des âmes récemment libérées de l'esclavage du péché et dont la mémoire enténébrée avait besoin de se rappeler les vérités élémentaires du catéchisme, que saint Louis-Marie de Montfort parlait du chapelet, de la dévotion à Marie et du saint esclavage d'amour.

(o) Il est désirable et en fait essentiel d'établir entre les auxiliaires une certaine forme d'organisation assez souple, comprenant des réunions ou des rassemblements propres. Un tel réseau dans la communauté tendrait à pénétrer celle-ci de l'idéal d'apostolat et de prière de la Légion, de telle sorte que bientôt on trouverait tous et chacun mettre en pratique cet idéal.

(p) Une confrérie constituée par des auxiliaires ne serait en aucun point inférieure à toute autre confrérie. De plus, ce serait la Légion avec tout ce que celle-ci peut offrir de chaleur et de couleur. Les réunions régulières d'une telle confrérie assureraient le contact des membres avec l'esprit et les besoins de la Légion, et les rendraient plus ardents à son service.

(q) Le but à atteindre serait d'amener chacun des auxiliaires à faire partie des patriciens car les deux se complètent de façon idéale. La réunion des patriciens remplira le but de la réunion périodique recommandée pour les auxiliaires. Elle les gardera en contact avec la Légion et assurera leur formation sur des points importants. D'autre part, si les patriciens sont recrutés parmi les membres auxiliaires, cela représenterait pour eux un autre pas plus haut et plus loin.

(r) Les auxiliaires ne doivent pas être employés au travail légionnaire actif ordinaire. L'idée de les utiliser ainsi semble attrayante à première vue. On pourrait croire que c'est une bonne chose de faire avancer ainsi les auxiliaires. À la réflexion, ce qui est réellement en jeu, c'est que le travail légionnaire se ferait alors sans la réunion de la Légion, en d'autres mots ce serait supprimer la condition essentielle de ce qui constitue le membre actif.

(s) Là où les circonstances le permettent ou le rendent désirable, les auxiliaires peuvent participer à l'Acies, qui est pour eux une cérémonie profitable et qui les met en contact intime avec les légionnaires actifs. À cette occasion, les auxiliaires qui sont prêts à faire l'acte individuel de consécration devraient le faire à la suite des légionnaires actifs.

(t) L'invocation à insérer dans la tessera pour les membres auxiliaires sera la suivante: " Marie Immaculée, Médiatrice de toutes grâces, priez pour nous."

(u) L'appel fait aux membres actifs " d'être toujours de service pour les âmes" s'adresse également aux auxiliaires. Tout autant que le membre actif, l'auxiliaire ne doit épargner aucun effort pour amener les autres dans le service légionnaire. Ainsi, de chaînon en chaînon, la Catena Legionis peut devenir un réseau précieux de prières, enveloppant le monde entier.

(v) Il est fréquemment suggéré de réduire ou de modifier les prières des auxiliaires afin de les adapter aux cas des aveugles, des illettrés ou des enfants. Outre qu'une obligation tend à perdre en force quand elle devient moins définie, l'impossibilité d'une pareille concession devrait paraître manifeste. Elle ne pourrait pas être refusée et ne le serait pas longtemps aux moins illettrés, aux semi-voyants et aux gens très occupés. Avec le temps, le relâchement deviendrait la pratique ordinaire.

Non! La Légion de Marie doit insister pour que le service normal soit fidèlement exécuté. Si cela dépasse les capacités de certaines personnes, elles ne peuvent devenir auxiliaires. Elles peuvent néanmoins apporter une aide inestimable en priant pour la Légion comme elles le peuvent, et elles devraient y être encouragées.

(w) Il est permis de demander à un auxiliaire de couvrir les frais de la tessera et du certificat d'affiliation. Nulle autre cotisation n'est requise de lui en tant que membre auxiliaire.

(x) Chaque praesidium détient une liste de ses membres auxiliaires, portant leur nom et adresse, en séparant les adjutoriens et les auxiliaires; cette liste sera régulièrement soumise à la curia ou à ses visiteurs autorisés. Elle sera examinée avec soin pour voir si elle est tenue à jour, si l'on recherche avec zèle de nouveaux membres, et si l'on visite de temps à autres les membres existants, afin de s'assurer qu'après avoir mis la main à la charrue, ils ne regardent pas en arrière. (cf Lc 9,:62)

(y) L'Affiliation au degré auxiliaire se fait par l'inscription du nom sur la liste des auxiliaires de n'importe quel praesidium. Cette liste est confiée aux soins du vice-président.

(z) Les noms des candidats au degré des auxiliaires, sont mis sur une liste provisoire durant une période de probation de trois mois. Avant de porter le nom du candidat sur la liste des auxiliaires, le praesidium doit s'assurer que toutes les obligations ont été remplies fidèlement.

" Notre bon Jésus donne cette grande grâce en récompense de l'action héroïque et désintéressée qu'on a faite en lui faisant, par les mains de sa sainte Mère, une cession de toute la valeur de ses bonnes oeuvres. S'il donne un centuple, même en ce monde, à ceux qui, pour son amour, quittent les biens extérieurs, temporels et périssables, quel sera le centuple qu'il donnera à celui qui lui sacrifiera même ses biens intérieurs et spirituels?" (Saint Louis-Marie de Montfort)

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP16.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu