www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 18

18

DÉROULEMENT DE LA RÉUNION DU PRAESIDIUM

1. Le cadre de toutes les réunions sera uniforme. Les membres devraient s'asseoir autour d'une table, à l'une des extrémités de laquelle on dresse un petit autel temporaire pour la réunion. Sur une nappe blanche de dimensions suffisantes, on place une statue de l'Immaculée Conception (dans l'attitude de la distribution de grâces) et, environ deux pieds (60 cm) de hauteur de préférence. De chaque côté de la statue, on dépose un vase de fleurs et un chandelier avec un cierge allumé. Un peu à droite et un peu en avant de la statue, se met le vexillum, lequel est décrit au chapitre 27.

On trouve ici une photographie, montrant la disposition de l'autel et du vexillum.

Autel du légionnaire

Étant donné l'intention de représenter la Reine au milieu de ses soldats, l'autel ne doit être ni séparé de la table de réunion, ni placé hors du cercle des membres. Notre amour filial envers notre Mère du ciel nous fait un devoir de veiller à ce que ces différents objets et les fleurs soient de qualité; les objets eux-même ne sont pas une dépense à renouveler fréquemment. Un bienfaiteur ou quelque autre bonne chance pourrait mettre le praesidium en possession de vases et de chandeliers en argent. On devrait considérer comme un devoir honorable pour un légionnaire de veiller à ce que le vexillum, les vases et les chandeliers soient toujours propres et brillants, et dûment munis de fleurs et de cierges aux frais du praesidium.

Si l'on est dans l'impossibilité d'avoir des fleurs naturelles, on peut mettre des fleurs artificielles, en ajoutant de la verdure, pour y apporter un élément de la nature vivante.

Là où le climat l'exige, on pourrait utiliser des " protège-flammes" pour protéger les chandelles, à condition que ce dispositif ne cache pas la flamme elle-même.

Les mots " Legio Mariae" peuvent être brodés sur la nappe, mais sans le nom du praesidium; il vaut mieux souligner ce qui unit que ce qui distingue.

" De fait, la médiation de Marie est étroitement liée à sa maternité, elle possède un caractère spécifiquement maternel par lequel elle se distingue de celle des autres créatures qui, d'une manière différente mais toujours subordonnée, participent à l'unique médiation du Christ, la médiation de Marie étant, elle aussi, participée. En effet, si 'aucune créature ne peut jamais être mise sur le même pied que le Verbe incarné et rédempteur', en même temps 'l'unique médiation du Rédempteur n'exclut pas mais suscite au contraire une coopération variée de la part des créatures, qui n'est qu'une participation à cette unique source'; et ainsi 'l'unique bonté de Dieu se répand réellement sous des formes diverses dans les créatures'." (RMat 38).

2. Ponctuellement à l'heure marquée, les membres seront tous à leur place, et la réunion commencera. Mais un début de réunion ponctuel (si nécessaire au bon fonctionnement du praesidium) ne sera guère possible à moins que les officiers ne viennent un peu à l'avance, pour veiller aux préparatifs nécessaires.

Nulle réunion de praesidium ne doit commencer sans un ordre du jour écrit appelé " Feuille de travail" préparée avant chaque réunion, et à partir de laquelle le président fera l'appel. Cette feuille de travail mentionne en détail toutes les tâches dont s'occupe le praesidium, et en regard de chacune le nom des membres qui en sont chargés. Il n'est pas nécessaire de traiter toujours dans le même ordre ces diverses tâches, mais à chaque réunion, on fait l'appel du nom de chacun des membres intéressés et chacun donne le compte rendu de sa tâche particulière, même si deux ou plusieurs personnes ont travaillé ensemble.

Avant la fin de la réunion, on s'assure que chaque membre a reçu son travail pour la semaine qui vient.

Le président devrait avoir un cahier dans lequel on peut insérer chaque semaine la feuille de travail.

" Si fervent et si absorbant qu'il soit, l'idéalisme ne doit jamais servir d'excuse aux émotions vagues et sans utilité pratique. Comme on l'a déjà fait remarquer, le génie de saint Ignace consistait à exploiter soigneusement et méthodiquement les énergies religieuses. La vapeur ne sert de rien, elle est plutôt incommode tant qu'on ne l'a pas pourvue d'un cylindre et d'un piston; de même sans l'examen particulier et sans les applications précises, que de ferveur spirituelle gaspillée! Mal employé, un bidon d'essence peut faire sauter une automobile; utilisé avec soin et compétence, il mène la voiture jusqu'au haut de la colline." (Mgr Alfred O'Rahilly: Vie du Père William Doyle)

3. La réunion s'ouvre par l'invocation et la prière au Saint-Esprit, qui est la source de cette Grâce, de cette Vie, de cet Amour, dont nous considérons avec joie Marie comme en étant le canal.

" À partir du moment où elle conçut le Fils de Dieu dans son sein, Marie possédait, pour ainsi dire, une certaine autorité ou juridiction sur toutes les processions temporelles du Saint-Esprit d'une telle manière que nulle créature ne reçoit aucune grâce de Dieu, sans sa médiation ...Tous les dons et les vertus et les grâces de ce même Esprit Saint sont administrés par elle à qui elle veut, quand elle le veut, autant qu'elle le veut et dans la quantité et de la manière qu'elle le veut." (Saint Bernardin: Sermon sur la Nativité)

(Note: La partie finale de la citation précédente se trouve également en termes presque identiques dans les écrits de saint Albert le Grand (Biblia Mariana, Liber Esther 1), qui vécut 200 ans avant saint Bernardin)

4. Suit la récitation de cinq dizaines du chapelet. Le directeur spirituel commence la première , la troisième et la cinquième dizaines; les membres commencent la seconde et la quatrième dizaines. Chacun unit sa voix à celles des autres. La mesure de dignité et de respect à donner à la récitation de cette prière devrait être la même que si la gracieuse Personnalité à laquelle elle s'adresse était visiblement présente là où est placée la statue.

Pour réciter l'Ave de la bonne manière, il faut que la seconde partie de l'Ave commence seulement quand la première est terminée et que le saint Nom de Jésus soit prononcé avec respect. Le chapelet jouant un rôle si important dans la vie des légionnaires, chacun d'eux est instamment invité à se faire inscrire dans la confrérie du Rosaire. (Voir Appendice 7)

Le pape Paul VI insiste sur le maintien du chapelet. C'est une prière authentique. Son contenu est éminemment biblique. Il résume en fait toute l'histoire du salut et répond au but premier, qui est de montrer Marie dans les divers rôles qu'elle a joués et joue encore au long de cette histoire.

" Parmi les différentes manières de prier, il n'en est pas de plus excellente que le Rosaire. Il résume en lui tout le culte que nous devons à Marie. Il est le remède à tous nos maux, la source de toutes nos bénédictions." (Pape Léon XIII)

" De toutes les prières, le Rosaire est la plus belle et la plus riche en grâces; elle est de toutes la plus agréable à Marie, la Vierge très sainte. Aimez donc le Rosaire et récitez-le chaque jour avec dévotion: c'est le testament que je vous laisse pour qu'il vous fasse souvenir de moi." (Saint Pie X)

" Pour les chrétiens, le premier des livres est l'Évangile, et le Rosaire est un véritable abrégé de l'Évangile." (Lacordaire)

" Il est impossible que les nombreuses prières de beaucoup ne soient pas entendues si ces prières n'en forment qu'une." (Saint Thomas d'Aquin: sur Mt 18)

5. La lecture spirituelle suit immédiatement le chapelet. Elle est faite par le directeur spirituel (ou en son absence par le président). Sa durée ne devrait pas dépasser cinq minutes. Le choix de cette lecture est libre, toutefois on conseille vivement de la prendre dans le manuel, au moins pendant les premières années d'un praesidium, pour permettre aux membres de se familiariser avec son contenu, et pour les stimuler à l'étudier en profondeur.

À la fin de la lecture, il est d'usage que les membres fassent ensemble le signe de la croix.

" Assurément Marie est digne d'être bénie, du fait qu'elle est devenue la Mère de Jésus selon la chair ('Heureuses les entrailles qui t'ont porté et les seins qui t'ont nourri de leur lait'), mais aussi et surtout parce que dès le moment de l'Annonciation elle a accueilli la Parole de Dieu, parce qu'elle a cru, parce qu'elle a obéi à Dieu, parce qu'elle 'conservait' la Parole et la 'méditait dans son coeur' (cf Lc 1, 38,45; 2, 19.51) et l'accomplissait par toute sa vie. Nous pouvons donc affirmer que la bénédiction prononcée par Jésus ne contredit pas, malgré les apparences, celle que formule la femme inconnue, mais elle la rejoint dans la personne de la Mère-Vierge qui ne s'est dite que 'la servante du Seigneur'." RMat 20)

6. On lit le procès-verbal de la réunion précédente et, si les membres présents l'approuvent, le président appose sa signature. Le procès-verbal devra viser le juste milieu et n'être ni trop long ni trop court. Il portera son propre numéro d'ordre dans la série des réunions.

L'importance du procès-verbal a déjà été soulignée, sous le titre des devoirs du secrétaire. Étant donné qu'il est lu au début de la réunion, il occupe pour ainsi dire une position stratégique. Par sa qualité et la manière de le lire, il peut donner le ton à ce qui va suivre, pour le meilleur ou pour le pire.

Le bon procès-verbal est comme le bon exemple. Le mauvais procès-verbal est comme le mauvais exemple; et il est nécessaire de souligner qu'un procès-verbal bien écrit mais mal lu, compte parmi les mauvais procès-verbaux. Cet exemple exerce une force irrésistible sur les membres. Leur attention, leurs comptes rendus en sont affectés, de telle sorte que la réunion peut être bonne ou médiocre, simplement parce que le procès-verbal était bon ou mauvais. La qualité même du travail suivra la qualité de la réunion.

Que le secrétaire réfléchisse donc à ces choses, tout en vaquant à la préparation du procès verbal; et que le praesidium veille à ce que le procès-verbal soit bien fait, dans l'intérêt de son propre bon fonctionnement.

" Ce serait une honte, en vérité, que sur ce point se vérifia la parole du Christ:" Les fils de ce monde sont plus avisés envers leurs propres congénères que les fils de la lumière." (Lc 16: 8) Voyez en effet, avec quelle application ils s'occupent de leurs affaires; comme ils font souvent la balance de leurs dépenses et de leurs recettes; avec quelle attention et quelle rigueur ils établissent leurs comptes; combien ils s'affligent de leurs pertes et s'excitent vivement à les réparer." (Saint Pape Pie X)

7. L'Instruction permanente. L'instruction permanente suivante doit être insérée sur la feuille de travail, ou placée bien en vue là où il n'y a pas moyen de l'oublier au moment voulu. Elle est lue par le président à la première réunion de chaque mois, immédiatement après la signature du procès-verbal.

Instruction permanente

Le service légionnaire exige de chaque légionnaire:-

1. l'assistance ponctuelle et régulière aux réunions hebdomadaires du praesidium, où il fera à haute et intelligible voix un compte rendu suffisant de la tâche qu'il aura accomplie;

2. la récitation quotidienne de la Catena;

3. l'accomplissement d'un travail actif légionnaire substantiel, en esprit de foi et en union avec Marie, de telle façon que dans ceux pour qui l'on travaille et dans ses collaborateurs, ce soit la personne de Notre-Seigneur qui de nouveau est vue et servie par Marie sa Mère;

4. le respect le plus absolu pour la nature confidentielle des sujets traités aux réunions ou appris dans l'exercice du travail légionnaire.

" Par moi, Marie désire aimer aussi Jésus dans le coeur de tous ceux que je puis enflammer d'amour par mon apostolat et mes prières continuelles. Si je m'identifie entièrement avec elle, elle m'inondera tellement de ses grâces et de son amour que j'arriverai à ressembler au ruisseau toujours débordant qui, à son tour, inondera les autres âmes. Par ce que je ferai, Marie pourra aimer Jésus et le remplir de joie, non seulement avec mon propre coeur, mais aussi avec les coeurs innombrables qui seront unis au mien." (De Jaegher: La vertu de confiance) (Cette citation ne fait pas partie de l'Instruction permanente).

8. Rapport du trésorier. Le trésorier présentera un rapport hebdomadaire indiquant les recettes et les dépenses du praesidium et la situation financière qui en résulte.

" Les âmes sont parfois perdues par manque d'argent, ou, en d'autres termes, parce qu'on participe insuffisamment à l'apostolat." (James Mellett, C.S.Sp.)

9. Les membres donnent leur compte rendu. Les membres restent assis en donnant de vive voix leur compte rendu; ils peuvent se servir de notes au besoin.

Le praesidium ne saurait considérer à la légère qu'un de ses membres n'accomplisse pas son devoir légionnaire. Lorsque, pour des raisons valables, des membres n'ont pu s'acquitter de leur tâche, ils doivent, si possible, s'en expliquer. S'ils ne donnent pas d'excuses légitimes, ils donnent l'impression qu'il s'agit d'une négligence de leur devoir, ce qui constitue un mauvais exemple pour les autres.

Si les membres prennent leur travail au sérieux, ils auront rarement l'occasion de présenter des excuses. Tant mieux, car dans une atmosphère d'excuses, le zèle et la discipline se relâchent.

Le compte rendu ne s'adresse pas au seul président, mais à tout le groupe. On doit alors tenir compte d'un certain procédé mental. Quand une personne parle individuellement à une autre, sa voix s'accorde automatiquement à la distance précise entre les deux, sans rien de plus. Cela pourrait signifier que les paroles adressées au président seraient entendues avec difficulté par les personnes qui sont plus éloignées.

Le compte rendu, et toute la discussion à son sujet, doivent être faits sur un ton de voix qui puisse atteindre toutes les parties de la pièce. Un compte rendu qui n'est pas entendu par un certain nombre des personnes présentes, même s'il est complet et fidèle est -quant à l'effet déprimant de la réunion - pire que s'il n'y avait aucun compte rendu. Parler bas n'est pas un signe de modestie ou de douceur, comme certains le pensent. Qui peut être aussi modeste, aussi douce que Marie? Cependant, pourrait-on l'imaginer marmottant ses mots, ou parlant de façon à n'être pas entendue de ceux qui étaient près d'elle? Ô légionnaires! Imitez votre Reine en cela, comme en tout le reste.

Les présidents doivent refuser les comptes rendus difficiles à entendre. Pour cela, qu'ils soient eux-mêmes sans reproche. Le président donne l'exemple à tous ses membres. D'habitude, les membres parlent moins fort que le président. Si celui-ci parle seulement sur un ton modéré de conversation, les comptes rendus de tous finiront par n'être plus que des murmures. Les membres qui parlent clairement, alors que le président parle d'une voix à peine audible, auront l'impression de crier, et ils baisseront la voix au point de n'être plus entendus. Les membres doivent insister pour que tous, y compris le président, parlent à haute voix. Que le directeur spirituel, comme un médecin, exprime sa propre exigence d'audibilité comme un élément essentiel à la santé du praesidium.

Le compte rendu est, à son niveau, aussi important à la réunion que les prières. Les deux se complètent. L'un et l'autre sont nécessaires à la réunion du praesidium.

Le compte rendu fait le lien entre le travail et le praesidium et par conséquent il doit refléter clairement l'activité de chacun - avec autant de vie, en un sens, que l'image cinématographique sur l'écran - de telle sorte que les autres membres puissent mentalement participer au travail et soient en mesure de le juger, de le commenter et d'en tirer des leçons. Le compte rendu doit donc mentionner ce qui a été entrepris et réalisé, l'esprit dans lequel il a été accompli, le temps qu'il a fallu, les méthodes utilisées, les échecs subis, les personnes qu'on n'a pas pu atteindre.

La réunion doit être animée et détendue. Pour cela, il faut que les comptes rendus soient de nature à intéresser les membres, ainsi qu'à les renseigner. Il est impossible de croire à la bonne santé du praesidium, si la réunion est mortellement ennuyeuse. De toute façon, il n'attirera pas la jeunesse.

Certains genres de travaux sont si remplis de variété qu'il est facile d'en tirer un compte rendu intéressant. D'autres travaux n'offrent pas les mêmes attraits. C'est alors qu'il faut s'ingénier à saisir les détails frappants, si minimes soient-ils pour les mentionner dans le compte rendu.

Le compte rendu ne doit être ni trop long, ni trop bref; il doit surtout éviter les formules stéréotypées. Un manquement de ce côté dénoterait non seulement que le membre manque à son devoir, mais que les autres membres l'assistent dans cette négligence. Ce serait un coup mortel porté a toute l'idée légionnaire de contrôle du travail. Le praesidium ne peut diriger un travail s'il n'en est pas pleinement informé.

En général, le travail de la Légion est si difficile que certains membres, s'ils ne sont pas stimulés par l'examen minutieux de leurs efforts par l'assemblée, peuvent être portés à se ménager. On ne peut accepter cela. Ils sont dans la Légion de Marie pour faire le plus de bien possible; et les cas qui soulèvent le plus de répugnance naturelle sont précisément ceux pour lesquels on a le plus besoin de leur concours. C'est principalement par la réunion alors que la discipline légionnaire est mise en oeuvre, qu'elle triomphe de ces faiblesses et conduit le membre à mener sa tâche à bonne fin. Cependant si le compte rendu ne donne que de vagues indications sur ce que le légionnaire fait, le praesidium ne pourra exercer qu'un vague contrôle sur ses actions. Il sera impuissant à le stimuler et à le protéger. Si le praesidium ne le soutient plus de son intérêt et de ses conseils, alors qu'ils en a un besoin vital, la discipline légionnaire perd toute emprise sur ce membre et les résultats seront malheureux de part et d'autre.

N'oublions pas que tout compte rendu défectueux incite les autres membres à faire de même. De cette façon quiconque désire grandement servir la Légion lui nuit au contraire sérieusement.

Qu'on ne se contente donc pas simplement d'un bon rapport; il faut viser plus haut et ajouter à l'accomplissement parfait du travail un rapport qui puisse être un modèle du genre et procurer ainsi aux autres membres un enseignement sur la manière de bien accomplir son travail et sur celle d'en faire le compte rendu. " L'exemple" dit Edmund Burke, " est l'école de l'humanité, et nulle autre ne nous apprend rien." Un seul membre pénétré de cette idée peut élever tout un praesidium au plus haut degré d'efficacité dans le travail. Quant au compte rendu, même s'il n'est pas toute la réunion, il en est tellement le centre nerveux que le reste du praesidium réagit en sympathie avec lui, pour le meilleur ou pour le pire.

On a signalé plus haut que Notre Dame peut être une inspiration pour un aspect du compte rendu. Mais sa pensée peut venir en aide dans tous les autres aspects. Un regard vers sa statue, avant de commencer le compte rendu, assurera cette pensée. Il est certain que toute personne qui essaie de faire son compte rendu comme il s'imagine qu'elle le ferait, ne le donnera en aucun point de vue de manière inadéquate.

" Certains chrétiens ne voient guère en Marie qu'une créature infiniment pure et délicate, la femme la plus tendre et la plus douce qui ait jamais existé. Aussi risquent-ils de n'avoir envers elle qu'une dévotion sentimentale, ou - s'ils sont d'un caractère positif - de se sentir peu attirés vers elle. Ils ne se sont donc jamais aperçus que cette Vierge si tendre, cette Mère si douce, est aussi la femme forte par excellence, et que jamais homme n'eut une telle force de caractère que cette femme." (Neubert: Marie dans le Dogme)

10. La récitation de la Catena Legionis. Au temps fixé, on se lève pour réciter la Catena Legionis. Cette récitation selon l'expérience, se place approximativement au milieu de l'intervalle qui s'écoule entre la signature du procès-verbal et la fin de la réunion. Ainsi, pour une réunion qui dure ordinairement une heure et demie, ce sera environ une heure après le début. (Voir chapitre 22, Les Prières de la Légion)

L'antienne est récitée par toute l'assistance: les versets du Magnificat sont alternés par le directeur spirituel (ou en son absence par le président) et par les membres; l'oraison est dite par le directeur spirituel (ou le président) seul.

Le signe de la croix ne se fait pas avant la Catena. Il se fait par toute l'assistance au premier verset du Magnificat. On ne le fait pas après la prière puisqu'elle est suivie de l'Allocution.

Il n'y a rien de plus beau dans la Légion que cette récitation en commun de la Catena. Que le praesidium soit plongé dans la joie ou dans la déception, ou cheminant péniblement dans les sentiers battus, cette prière apparaîtra comme une brise du ciel, chargée des parfums de celle qui est le Lis et la Rose merveilleusement rafraîchissante et réjouissante. Ce n'est pas là une simple description pittoresque - comme tous les légionnaires le savent parfaitement bien.

" J'insiste sur le Magnificat, parce qu'il me semble qu'on peut y voir, plus peut-être qu'on ne le fait communément, un document de première valeur relativement à la maternité de grâce de Marie. La Très Sainte Vierge, liée au Christ comme on sait qu'elle l'est depuis l'Annonciation, se déclare représentative de toute la race humaine, intimement associée à 'toutes les générations', et unie à la destinée de ceux qui sont réellement les siens. Son cantique est le chant de sa maternité spirituelle." (Bernard, O.P.: Le Mystère de Marie)

" Le Magnificat est la prière par excellence de Marie, le chant des temps messianiques dans lequel convergent l'allégresse de l'ancien et celle du nouvel Israël. En effet - comme semble le suggérer saint Irénée - dans le cantique de Marie passa le tressaillement de joie d'Abraham qui pressentait le Messie (cf Jn 8:56) et retentit dans une anticipation prophétique, la voix de l'Église ... De fait, le cantique de la Vierge, en s'élargissant, est devenu la prière de toute l'Église dans tous les temps." (MCul 18)

11. L'allocutio.* (*dans l'armée romaine, l'allocutio était l'adresse du chef à ses légionnaires) Lorsque les membres se sont rassis, le directeur spirituel leur fait une courte causerie. Sauf en des circonstances spéciales, l'allocution prend la forme d'un commentaire du manuel, dans le but de rendre les membres complètement familiers avec tous les points qu'il contient. Les membres apprécient grandement l'allocutio; elle joue un rôle de premier ordre dans leur perfectionnement. Ceux qui en sont responsables commettent une injustice à leur égard, comme à l'égard de la Légion elle-même, s'ils n'en tirent pas leur plus grand bénéfice. Dans ce but, il est essentiel qu'on leur donne une connaissance parfaite de leur organisation. Certes, l'étude du manuel y contribue beaucoup; néanmoins elle ne doit pas se substituer à l'allocutio. Certains légionnaires croiront avoir étudié le manuel après l'avoir lu attentivement deux ou trois fois. Cependant même dix ou vingt lectures n'en donneraient pas le degré de connaissance que désire la Légion. Les membres n'y parviendront que si, de semaine en semaine, d'année en année, ils reçoivent régulièrement une explication orale systématique et un développement du manuel, jusqu'à ce que chacune des idées qu'il contient leur devienne complètement familière .

En cas d'absence du directeur spirituel, le président ou quelque autre membre désigné par lui, devrait faire le commentaire. On doit souligner qu'une simple lecture du manuel ou d'un autre document ne suffit pas pour l'allocutio.

L'allocutio ne doit pas durer plus de cinq ou six minutes.

Entre un praesidium où l'allocutio est soignée et un autre où elle est mal faite, il y a exactement la différence qui existe entre une armée disciplinée et une autre qui ne l'est point.

" J'ai depuis longtemps l'impression que, puisque le monde empire si rapidement et que Dieu n'a plus, pour ainsi dire, prise sur le coeur des hommes, ce bon Maître attend d'eux plus ardemment et plus vivement de grandes choses de ceux qui lui sont restés fidèles. Peut-être ne peut-il rassembler sous son étendard une armée considérable; mais il veut que chacun y soit un héros, entièrement et amoureusement dévoué à sa cause. Si seulement nous pouvions entrer dans ce cercle magique d'âmes généreuses, je crois qu'il n'y a pas de grâce qu'il ne nous accorde pour seconder et faire avancer l'oeuvre qui lui tient tant à coeur, notre sanctification personnelle." (Mgr Alfred O'Rahilly: Vie du Père William Doyle)

12. L'allocutio terminée, toute l'assistance fait le signe de la croix; puis elle continue à écouter les comptes rendus et à traiter des autres affaires de la réunion,

" C'est un fait historique que les paroles de Notre Dame furent celles d'une femme extraordinairement distinguée. Ses goûts naturels la portaient à la poésie. Dès qu'elle ouvrait la bouche, ses paroles jaillissaient en rythmes poétiques. Elle s'exprimait dans la langue imagée des maîtres du verbe." (Lord: Notre Dame dans le monde moderne)

13. La quête secrète. Aussitôt après l'allocutio, on fait la quête secrète à laquelle tous les membres contribuent selon leurs moyens. Elle a pour but de couvrir les diverses dépenses du praesidium et d'aider la Curia et les conseils supérieurs, qui n'ont pas d'autres ressources pour s'acquitter de leurs fonctions de gouvernement et d'extension que celles qui leur viennent des praesidia. (Voir chapitre 35, Ressources)

Cette quête ne doit pas interrompre le déroulement de la réunion. On passe le sac sans ostentation d'un membre à l'autre, et chacun y met la main, même s'il n'y dépose rien.

On se procurera pour cela une bourse convenable. Un gant ou un sac en papier ne conviendraient pas.

La quête est secrète, parce qu'il est nécessaire de mettre sur un pied d'égalité devant le praesidium ceux qui ont des ressources et ceux qui n'en ont pas. Par conséquent le principe du secret doit être respecté, et aucun membre ne doit révéler à un autre le montant de sa contribution. En second lieu, tous doivent se rendre compte que non seulement le praesidium, mais aussi le bon fonctionnement de toute la Légion dépendent de ce qui est déposé dans la bourse de la quête secrète par chaque légionnaire, ce qui évite de la considérer comme une simple formalité. On ne saurait remplir cette obligation en donnant une obole si peu considérable qu'elle ne signifie rien pour le donateur. C'est au contraire un privilège qui lui est accordé de participer à mission universelle de la Légion. Par conséquent, le geste de contribuer à ce fonds développe le sens de la responsabilité, aussi bien que celui de la générosité.

C'est seulement l'offrande de chacun qui est secrète. Le produit global de la quête peut être annoncé, et naturellement on doit dûment l'inscrire et en tenir compte.

" On voit que Jésus songe à Marie sa Mère en louant l'offrande de la veuve 'qui ne donna pas de son superflu, mais qui 'de son dénuement a mis tout ce qu'elle avait pour vivre.' (Lc 2l:3-4)," (Orsini: Histoire de la Bienheureuse Vierge)

14. Fin de la réunion. Quand toutes les affaires ont été traitées, incluant l'attribution du travail à chaque membre et le pointage des présences, la réunion se termine par les prières finales de la Légion et la bénédiction du prêtre.

La réunion ne doit pas durer plus d'une heure et demie à partir de l'heure fixée pour son ouverture.

" Je vous le dis en vérité, si deux d'entre vous, sur la terre unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux." (Mt 18:19-20)

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP18.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu