www.smlm.org.org Senatus de Montreal Legion de Marie
 

Manuel


Recherche...

Couverture
Table des matières
Abréviations des Livres de la Bible
Abréviations des Documents du Magistère
Pape Jean-Paul II à la Légion de Marie
Note préliminaire
Profil de Frank Duff

Photographies
Frank Duff
L'autel légionnaire
Vexilla

Chapitres
1. Nom et Origine
2. But
3. Esprit de la Légion
4. Le Service légionnaire
5. Les Traits fondamentaux de la Dévotion légionnaire
6. Les Devoirs des légionnaires envers Marie
7. Le Légionnaire et la Sainte Trinité
8. Le Légionnaire et l'Eucharistie
9. Le Légionnaire et le Corps mystique du Christ
10. L'Apostolat de la Légion
11. Plan de la Légion
12. Les Buts extérieurs de la Légion
13. Conditions d'admission
14. Le Praesidium
15. La Promesse légionnaire
16. Autres Degrés d'affiliation
17. Les Âmes des légionnaires défunts
18. Déroulement de la réunion du praesidium
19. La Réunion et le membre
20. Le Système invariable de la Légion
21. Foyer Mystique de Nazareth
22. Les Prières de la Légion
23. Les Prières invariables
24. Les Patrons de la Légion
25. Tableau de la Légion
26. La Tessera
27. Le Vexillum Légionis
28. Gouvernement de la Légion
29. Fidélité légionnaire
30. Rassemblements
31. Extension et recrutement
32. Objections à prévoir
33. Devoirs Fondamentaux des légionnaires
34. Devoirs des Officiers de praesidia
35. Ressources
36. Praesidia qui nécessitent une mention spéciale
37. Suggestions concernant les travaux
38. Les Patriciens
39. Directions Fondamentales pour l'apostolat légionnaire
40. Allez proclamez l'Évangile à toute la création
41. La plus grande d'entre elles, c'est la Charité

Appendices
Appendice 1: Lettres et Messages des Papes
Appendice 2: Extraits de la Constitution dogmatique sur l'Église, Lumen Gentium, du concile Vatican II
Appendice 3: Extraits du Code de droit canonique sur les obligations et les droits des fidèles laïcs du Christ.
Appendice 4: La Légion Romaine
Appendice 5: Confrérie de Marie, Reine des Coeurs
Appendice 6: La Médaille de l'Immaculée Conception appellée la médaille miraculeuse
Appendice 7: La Confrérie du Très Saint Rosaire
Appendice 8: L'enseignement de la doctrine chrétienne
Appendice 9: Association pionnière du Sacré Coeur pour l'abstinence totale
Appendice 10: Étude de la foi
Appendice 11: Synthèse mariale

La prière de St Bernard

Indexes
Index des Références bibliques
Index des Documents du Magistère
Index des Références Papales
Index d'Auteurs et autres Personnes dignes de mention
Index des sujets

Note des références à Notre Seigneur

Poème de Joseph Mary Plunkett


Video documentaire  

  
 Accueil Spiritualite Praesidium Interaction Liens
Chapitre 32

32

OBJECTIONS À PRÉVOIR

1. " Nous n'avons pas besoin de la Légion ici"

Les personnes zélées et désireuses d'introduire la Légion dans un nouveau centre peuvent s'attendre à l'objection que la Légion n'est pas requise dans ce lieu particulier. Puisque la Légion n'est pas une organisation pour l'accomplissement d'un genre spécial de travail, mais pour le développement du zèle et de l'esprit catholique (qui peut alors être appliqué à tout genre de travail désiré), pareille objection revient habituellement à l'affirmation qu'il n'y a aucun besoin local pour l'exercice du zèle catholique-- affirmation qui se réfute suffisamment d'elle-même. Selon l'expression précise du Père Raoul Plus, " un chrétien est un homme à qui Dieu a confié ses semblables" .

Partout, sans exception, il existe un besoin vital pour l'exercice intense d'un tel apostolat, et cela pour de multiples raisons-- Premièrement, parce que les membres du groupe, qui en sont aptes, devraient avoir une occasion réelle d'exercer leur vie apostolique. Deuxièmement, parce qu'un tel apostolat est nécessaire de nos jours pour remuer les masses, et empêcher la religion de s'installer commodément dans la routine ou le matérialisme. Troisièmement, parce que le travail patient et intense de tels travailleurs est requis pour venir en aide à ceux qui sont frustrés dans leur vie ou qui ont tendance à s'égarer.

Sur tous ceux qui exercent l'autorité repose la responsabilité de développer pleinement les capacités spirituelles de ceux dont ils ont la charge. Qu'en est-il alors de l'apostolat, cet ingrédient distinctif et essentiel du caractère chrétien? L'appel général à l'apostolat doit par conséquent être lancé. Mais appeler sans fournir les moyens de répondre n'est guère mieux que le silence, parce que peu nombreux sont les gens qui, ayant entendu, seront capables de mener à bien par eux-mêmes les moyens d'action. Ainsi la machine, sous la forme d'une organisation apostolique, doit être mise en marche.

2. " Nous manquons de personnes aptes à devenir membres"

Comme cette objection procède habituellement d'une conception fausse du genre de travailleurs dont la Légion a besoin, on peut affirmer en général que tout bureau, boutique ou autre lieu de travail abritent des légionnaires en puissance.

Ces légionnaires en puissance peuvent être instruits ou illettrés, travailleurs ou ayant des loisirs, ou sur la liste des chômeurs. Ils ne sont pas le monopole d'une couleur, d'une race ou d'une classe, mais ils peuvent être trouvés partout. La Légion possède le don spécial de pouvoir enrôler au service de l'Église cette force cachée, cette beauté de caractère non exploitée. Mgr Alfred O'Rahilly, à la suite d'une étude sur les activités de la Légion, fut poussé à écrire ce qui suit: " J'ai fait une grande découverte, ou plutôt je me suis aperçu qu'elle avait déjà été faite, c'est que chez des hommes et des femmes apparemment ordinaires, il existe un héroïsme latent; et que des sources inconnues d'énergie y avaient été captées."

Les exigences de l'admission pour devenir membre ne doivent pas aller au-delà de ce que les papes avaient dans l'esprit quand ils ont déclaré que dans quelque classe que ce soit on pouvait former une élite et l'entraîner à l'apostolat.

Dans ce même ordre d'idée, on suggère de lire très attentivement le paragraphe 3(b) du chapitre 31, Extension et Recrutement, ainsi que le chapitre 40, section 6, " La Légion, comme complément du Missionnaire" , qui conseille fortement une grande extension légionnaire au sein des nouvelles communautés chrétiennes.

Une difficulté réelle à recruter des membres indiquerait un niveau spirituel extraordinairement bas dans cette localité, et alors loin de prouver qu'il n'y a rien à faire, cela démontrerait en conclusion la suprême importance d'y fonder un groupe de la Légion pour y jouer le rôle de bon levain. Absorbez mentalement le fait que le levain est l'ordonnance de Notre Seigneur pour faire lever le tout. (Mt 13:33) Qu'on veuille bien se rappeler qu'un praesidium peut se former d'aussi peu que quatre ou cinq ou six membres. Quand ceux-ci s'appliquent au travail et en comprennent les exigences, ils découvriront vite et introduiront dans leur groupe de bons nouveaux membres.

3. " Les visites de la Légion déplairaient"

Si tel était vraiment le cas, cela prouverait seulement qu'il faut adopter un autre genre de travail, mais non point qu'il faille abandonner l'idée d'établir la Légion (avec toutes ses possibilités de bien pour les membres et la communauté). Précisons, cependant, que nulle part jusqu'ici la Légion n'a expérimenté de difficultés permanentes et générales concernant les visites. Du moment que ces visites se font dans le véritable esprit de l'apostolat légionnaire, on peut généralement considérer la froideur qui les accueille comme une marque d'indifférence religieuse ou pire encore, et conclure que là ou les légionnaires sont le moins désirés, existe le plus grand besoin de leurs travaux. Des difficultés de ce genre, rencontrées au début, ne justifient nullement la cessation des visites. Presque invariablement jusqu' ici, les légionnaires qui ne se sont pas laissé démonter par ces barrières de glace, ont réussi à les faire fondre, et à supprimer aussi bien leurs causes profondes des plus sérieuses.

On doit donner tout son poids au fait que le foyer familial est spirituellement parlant le point stratégique. Gagner le foyer, c'est conquérir la société. Pour gagner le foyer, il faut y aller.

4. " Les jeunes gens doivent travailler fort pendant la journée, ils on besoin de leur temps libre pour se reposer"

Combien ces paroles semblent raisonnables! Cependant, si on les mettait en pratique, le monde serait un désert religieux, car ce n'est pas par les désoeuvrés que s'accomplit l'oeuvre de l'Église. De plus, n'est-ce pas à des amusements plus ou moins désordonnés qu'une partie de la jeunesse pleine d'ardeur consacre ses heures de loisirs, plutôt qu'au véritable repos? En alternant les journées de labeur avec des soirées de plaisir, il est très facile de glisser vers un matérialisme pratique qui au bout de quelques années, laisse les coeurs sans idéal, se rongeant eux-mêmes d'amertume devant la perte prématurée de leur jeunesse, emportant avec elle les seules choses qu'on leur avait appris à apprécier. Et les choses peuvent finir d'une façon encore plus malheureuse. N'est-ce pas saint Jean Chrysostome qui avouait n'avoir jamais réussi à se persuader que quelqu'un pouvait être sauvé sans avoir contribué de quelque façon au salut de son prochain?

Il serait infiniment plus sage d'exhorter les jeunes à donner au Seigneur les premiers fruits de leurs loisirs en militant comme membre de la Légion. Ces premiers fruits inspireront toute leur vie et garderont à leur coeur et à leur visage la fraîcheur de la jeunesse. Il leur restera encore de nombreuses heures de détente, qu'ils savoureront doublement, pour les avoir doublement méritées.

5. " La Légion de Marie n'est qu'une organisation entre tant d'autres vouées au même idéal et s'appliquant à la réalisation d'un programme identique"

Il est vrai que l'idéalisme abonde et qu'un programme de travaux désirés peut être tracé en quelques minutes par quiconque possède plume et papier. Il est par conséquent vrai de dire que la Légion est seulement une organisation parmi une dizaine de mille organisations qui proposent une noble lutte pour les âmes et un programme d'oeuvres importantes. Mais il est aussi vrai de dire qu'elle est une des rares qui définissent nettement leur apostolat. Un idéalisme vague, lançant des appels généraux aux membres dans le but de faire le bien dans leur milieu, aboutira toujours aux plus vagues réalisations. De son côté, la Légion ramène sa lutte à une spiritualité ferme, un programme déterminé de prières, une tâche hebdomadaire précise, un compte rendu hebdomadaire exact et aussi, on le verra, à des réalisations concrètes. Enfin, et ce n'est pas ce qui importe le moins, la Légion fonde sa méthode sur le principe dynamique de l'union à Marie.

6. " D'autres organisations font déjà les oeuvres de la Légion. Nous risquerions d'entrer en conflit avec elles"

Comme il est étrange d'entendre de telles paroles dans des localités où une grande partie de la population ne pratique pas de religion ou ne sont pas catholiques, et où les progrès sont infimes!

Quelle tristesse si quelqu'un se résignait à un tel état de chose, ce qui revient à dire que dans ce lieu on prendrait son parti de voir Hérode trôner dans les coeurs des hommes, tandis que le Seigneur et sa mère aimée seraient relégués en permanence à la misérable étable!

Souvent, aussi, ces mots, qui refusent à la Légion sa venue, sont employés pour justifier celle de telles organisations réputées, mais qui n'accomplirent jamais rien, armées qui peuvent bien exister, mais qui n'ont jamais vaincu d'ennemis.

De plus, le travail ne s'accomplit pas, à moins d'être fait de manière appropriée. Par conséquent, le travail ne se fait pas, là où l'on engage quelques douzaines de travailleurs apostoliques, alors que, convenablement, il en faudrait des centaines et même des milliers; et malheureusement, tel est d'ordinaire le cas. Très souvent aussi, les petits nombres de travailleurs révèlent un manque d'organisation, de dynamisme et de méthode.

Il serait certainement sage de mettre la Légion à l'épreuve, en lui assignant un champ d'action même restreint. Les résultats peuvent être convaincants, et les membres d'un seul petit groupe peuvent se multiplier comme les cinq pains d'orge pour satisfaire à toutes les nécessités, et même au-délà. (cf Mt 14:16-21)

La Légion n'a pas de programme particulier de travaux. Elle ne présuppose pas de nouveaux travaux, mais elle peut plutôt fournir un cadre nouveau à des oeuvres déjà existantes mais non suffisamment systématisées, avec des effets analogues à ceux qui suivraient l'application du pouvoir électrique là où précédemment la tâche était accomplie à la main.

7. " Il y a déjà trop d'organisations. Le mieux serait de rendre vigueur aux sociétés existantes et d'étendre leurs fonctions aux oeuvres que se propose de faire la Légion".

Ceci peut sembler un argument réactionnaire. Le mot " trop" peut s'appliquer en vérité à tous les secteurs de la vie environnante. Le nouveau ne doit pourtant pas être rejeté pour la seule raison de sa nouveauté, et de temps à autre il est générateur de progrès. Aussi, la Légion ne demande-t-elle de son côté que l'occasion de faire ses preuves. Si elle n'est pas " seulement une autre organisation" mais qu'elle vient de Dieu, quelle perte que celle de lui fermer la porte!

En outre, cette objection suppose que le travail en question ne se fait pas encore présentement. En ces circonstances, il n'est pas raisonnable ni de pratique commune de rejeter une nouvelle machinerie, qui a prouvé ailleurs son efficacité. Combien bizarre deviendrait cette objection si on la formulait ainsi: " Nous n'avons pas besoin d'importer l'avion. Nous avons déjà trop de mécanisme ici. Perfectionnons plutôt l'automobile pour qu'elle puisse voler!"

8. " Cette localité est trop petite: il n'y a pas de place ici pour la Légion"

Il n'est pas rare de voir ces mots appliqués à des localités, qui bien que de dimensions réduites, ont parfois une réputation peu enviable.

Par ailleurs, un village peut posséder une certaine bonté de routine, et cependant être stagnant: stagnant en qualités morales et en intérêts humains, de telle sorte que la jeunesse s'enfuit vers les centres populeux, où elle manque de support moral.

Le mal provient du manque d'idéal religieux causé par l'absence de gens faisant plus que le minimum de leurs obligations essentielles. Avec la disparition de l'idéal religieux, s'installe un désert spirituel (et les villages ne sont pas les seuls déserts de ce genre). Pour faire refleurir ce désert, on doit renverser la méthode: créer un petit groupe d'apôtres qui répandra son esprit propre dans la masse et lui ouvrira des lignes de conduite nouvelles. On entreprendra des oeuvres appropriées à cet endroit, la vie reprendra saine et gaie, et l'exode s'arrêtera.

9. " Certaines oeuvres de la Légion consistent en des activités spirituelles qui, de leur nature même, sont réservées aux prêtres, et que les laïcs ne devraient assumer que si le clergé ne pouvait les entreprendre. Je peux ainsi visiter mon troupeau plusieurs fois chaque année, avec des résultats satisfaisants"

Cette objection trouve sa réponse d'une manière générale au chapitre 10, L'Apostolat de la Légion, et aussi plus particulièrement dans les lignes qui suivent, mais déjà on doit remarquer que nul travail jugé non désirable ne doit être entrepris.

La connaissance intime de ce qui est incontestablement l'une des plus saintes villes au monde, y révèle de vastes multitudes de malades spirituels et de mondains, tourmentés par les angoissants problèmes de la civilisation moderne. Pour cette ville ou pour quelque autre communauté urbaine, il n'est pas justifié de croire qu'une visite du pasteur - si féconde soit elle - une fois, deux fois, quatre fois par année, peut sauvegarder le patrimoine spirituel de la paroisse. Si tout va bien, par exemple, plusieurs s'approcheront de l'autel tous les jours, d'autres, plus nombreux, une fois par semaine; tous au moins une fois par mois. Pourquoi alors est-ce que quatre ou cinq heures de confessionnal par semaine si souvent suffisent? D'où vient donc cette épouvantable disproportion?

Encore une fois, quel est le degré d'intimité, ou du moins de contact personnel requis pour qu'un prêtre ait vraiment satisfait à ses obligations envers chaque âme qui lui est confiée, cette âme qui, au dire de saint Charles Borromée, est un diocèse assez vaste pour un évêque? Un simple calcul montrera la somme du temps requis à raison d'une demi-heure accordée annuellement à chaque paroissien. Et cette demi-heure elle-même, suffirait-elle vraiment pour subvenir à tous les besoins d'une âme? Sainte Madeleine Sophie Barrat écrivit deux cents lettres à une seule âme difficile à diriger, sans compter les innombrables entrevues qu'elle lui accorda. Combien d'approches légionnaires ont duré dix ans et plus et sont encore en marche! Cependant, si d'une part le prêtre, débordé de travail, ne peut assurer cette demi-heure; et si d'autre part la Légion (comme elle l'affirme) s'offre à lui fournir des représentants zélés: nombreux là où il est seul: obéissants à ses moindres paroles: d'une discrétion parfaite: aussi capables que lui (avec son aide) d'avoir accès auprès des individus et des familles: doués de dons irrésistibles pour attirer les âmes vers les choses d'en haut: lui fournissant l'occasion de procurer aux âmes plus qu'un service de routine; est-il juste que le prêtre refuse ce secours, sans manquer aux obligations de sa charge et à ses propres intérêts?

" La Légion de Marie apporte au prêtre deux bénédictions également précieuses: premièrement, un instrument de conquête qui porte la marque authentique de l'Esprit de Dieu - ce qui m'oblige à poser la question: cet instrument providentiel, ai-je le droit de le négliger? Secondement, une source de vie capable de renouveler toute notre vie intérieure - et je serai amené naturellement à une nouvelle question. Si cette source de vie limpide et profonde s'offre à moi, n'est-ce pas de mon devoir de m'y abreuver?" (Chanoine Guynot)

10. " Je crains des indiscrétions éventuelles de la part des membres"

Cette objection n'est guère conforme à la réalité de la situation. Autant vaudrait renoncer à faire la moisson sous prétexte que l'on risque par maladresse de briser quelques épis! La moisson en jeu, ce sont les âmes: âmes pauvres et faibles, aveugles et boiteuses: dans un tel besoin, si nombreuses, qu'on serait tenté d'accepter la situation comme sans remède. Ce sont pourtant ces âmes-là que le Seigneur nous commande de chercher par les places et les rues de la ville, par les chemins et le long des clôtures, afin que sa maison se remplisse. (Lc 14: 21-23) Il n'existe pas d'autre moyen d'entreprendre une moisson aussi vaste, si ce n'est en mobilisant les bataillons laïques. Il se peut que des indiscrétions s'ensuivent. Dans une certaine mesure, elles sont inséparables du zèle comme de la vie. Il existe deux moyens de les éviter: une inaction honteuse et une discipline prudente. Un coeur noble, dans lequel retentit douloureusement cette plainte apitoyée du Seigneur sur la foule malheureuse, se détournera avec horreur du premier moyen, et se portera de tout son élan vers la moisson des âmes en détresse.

L'histoire de la Légion de Marie jusqu'à ce jour ne donne pas à penser que l'on ait à craindre pour l'avenir des indiscrétions graves ou fréquentes, et à tout le moins, on fait preuve d'une discipline soignée.

11. Des obstacles au début, il y en aura toujours

Un peu de détermination montrera ces difficultés qui semblent si formidable au départ au point de ressembler à une forêt, laquelle apparaît à distance épaisse et impénétrable, mais s'avère facile à pénétrer une fois qu'on s'en approche.

Rappelez-vous également, que " ceux qui sont toujours en train de viser n'atteignent jamais la cible; qui ne risque rien n'a rien; à toujours se tenir à l'abri, on devient pusillanime; faire quelque chose de substantiellement bon, c'est la compensation de beaucoup d'imperfections accidentelles." (Cardinal Newman)

En parlant d'une oeuvre de la Grâce, que personne ne soit si mondainement prudent qu'il en vienne à ignorer l'existence de la Grâce. Les objections et les possibilités de malheur ne peuvent être citées, sans une pensée sur les secours. La Légion est fondée sur la prière, elle travaille pour les âmes et appartient entièrement à Marie. En considérant cela, par conséquent, ne parlons pas de règles humaines, parlons des règles de Dieu.

" Marie est une Vierge unique à nulle autre pareille: Virgo singularis. En la considérant, ne me parlez pas de règles humaines, parlez-moi des règles de Dieu." (Bossuet)

RG Source
    http://www.smlm.org/manuel/CHAP32.html

© 2002-2017 www.smlm.org Tous droits réservés
Dernière mise à jour Montréal
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu